GNA Togbe Afede to bury mother June 29 GNA Petroleum Commission secures training for Ghanaian students in Canada GNA NDC Activist calls for fairness in employment opportunities GNA Government releases new Tertiary Education Policy Reforms ACI CONGO: L’OMS ANNONCE UN NOUVEAU CLASSEMENT POUR LA PREMIÈRE ANALYSE DE HÉPATITE B-C ACI REPRISE DES TRAVAUX PRELIMINAIRES POUR LA CONSTRUCTION D’UN PONT SUR LE FLEUVE NIARI ACI POOL: «LA POPULATION VEUT UN DIALOGUE NATIONAL INCLUSIF», DIXIT ULRICH YINDOULA ACI METTRE EN VALEUR LA DIVERSITÉ ECONOMIQUE ET CULTURELLE DU CONGO ET DU MAROC AGP Guinée-Environnement : Dérèglement du régime pluviométrique AGP Guinée : fin du séminaire de formation des officiels de la Fédération Guinéenne de Natation

Le 62ème anniversaire du lancement des opérations de l’armée de libération dans le Nord du Royaume : une épopée glorieuse dans la lutte pour l’indépendance


  2 Octobre      31        Politique (23319), Société (49685),

   

Rabat , 02/10/2017 (MAP) – Le peuple marocain et la famille des anciens résistants commémorent, chaque année au début du mois d’octobre, dans les provinces de Boulemane, Taza, Al Hoceima et Nador, le 62ème anniversaire du lancement des opérations de l’Armée de libération dans le Nord du Royaume, une phase inscrite en lettres d’or dans l’histoire nationale et une épopée glorieuse reflétant la symbiose entre le Trône et le peuple dans la lutte héroïque pour la libération nationale, l’indépendance et l’intégrité territoriale.

L’anniversaire du lancement de ces opérations qui resteront à jamais gravées dans le registre glorieux de la résistance nationale, constitue une occasion pour se remémorer cette étape historique et rappeler les valeurs de bravoure et du sacrifice du peuple marocain pour la défense de son unité et la préservation de son identité.

Ces opérations représentent le prolongement naturel de la résistance armée que les Marocains ont enclenchée en riposte à la décision des forces coloniales de forcer à l’exil feu SM Mohammed V et Sa famille, d’abord en Corse, ensuite à Madagascar.

Les colonisateurs, par cet acte inadmissible, comptaient nourrir les desseins de défaire le lien indéfectible qui unit le peuple et le Trône, et surtout d’éteindre la flamme de la résistance nationale qui s’était ravivée partout dans le pays.

Ensuite, des manifestations ont gagné en ampleur dans tout le Royaume témoignant de la forte mobilisation des Marocains et de leur attachement à leur Roi, leur unité et aux valeurs sacrées de la Nation.

Les patriotes dans les régions d’Imouzzer Marmoucha et de Taza ont ainsi réagi en symbiose face au diktat colonial, en mettant en place des cellules de résistance opérant pour le triomphe de la cause nationale.

Ainsi, au début de l’Année 1955, le navire « Dina », transportant des armes en provenance de l’Orient arabe et destinées aux résistants a accosté en secret à Ras Al Maa (est de Nador). Les hommes de l’armée de libération ont veillé à leur acheminement jusqu’aux postes avancés de la résistance.

Cet événement a marqué un tournant décisif dans le processus de lutte pour l’indépendance et une illustration des marques de solidarité du Royaume envers ses voisins maghrébins.

Les 1er et 2 octobre 1955 sont des dates marquantes en ce qu’elles coïncident avec le déclenchement du mouvement de l’Armée de libération dans le nord du Royaume. Les groupes de l’Armée de libération s’étaient alors déployés sur plusieurs fronts et ont livré des attaques coordonnées contre les postes des forces coloniales.

Les vaillants résistants, déployés dans les montagnes du Rif et la région de Taza, ont infligé aux forces d’occupation de lourdes pertes aux plans humain et matériel, notamment à Jbel Lakraâ, Bouskour, Tizi et Daren.

Les opérations héroïques de l’Armée de libération marquaient ainsi le début de la fin du colonialisme. En effet, 45 jours après le déclenchement de ces opérations, Feu SM Mohammed V était de retour à la mère-patrie, porteur de la bonne nouvelle de l’indépendance et de la réunification du Royaume.

Une visite historique serait effectuée à Taza, le 14 juillet 1956, par feu SM Mohammed V en reconnaissance de leurs hauts faits et de leur dévouement au service de la patrie.

Cette commémoration est ainsi une occasion pour se remémorer l’épopée, la bravoure, l’altruisme et les sacrifices dont ont fait preuve ces résistants pour recouvrer la liberté, l’indépendance et l’intégrité territoriale et sensibiliser davantage les générations montantes à la centralité des valeurs patriotiques sacrées et des idéaux de la Nation.

SO—PS.

Dans la même catégorie