GNA Fertilizer can be used for other nefarious activities – Police GNA Ghana’s petroleum revenue must be utilized judiciously – PIAC GNA KPMG Appoints New Senior Partner ATOP REMISE OFFICIELLE DES INFRASTRUCTURES MARCHANDES AU MARCHE PREFECTORAL D’ELAVAGNON ANP BEPC 2019 Maradi : 32.523 candidats se sont lancés pour les épreuves ANP Le Président de la République reçoit l’ancien Chef d’Etat béninois Soglo ANP Niger : La loi réprimant la cybercriminalité adoptée au parlement GNA NADMO disburses GH814,000.00 to support June 3rd disaster victims GNA Stratcomm launches 7th Edition of Ghana Garden and Flower Show GNA Tema Kwasea Dwaso traders appeal for more time

Le CAFRAD offre une formation sur la gestion de projet à de hauts cadres de l’Afrique subsaharienne


  20 Juillet      57        Développement humain (2093), Innovation (320),

   

Rabat, 20 juillet 2015 (MAP)- Le Centre africain de formation et de recherche administratives pour le développement (CAFRAD) offre, du 20 au 25 juillet, une formation sur « la gestion de projet et performance organisationnelle » à de hauts cadres des administrations publiques de plusieurs pays subsahariens, dont le Maroc.

Cette formation, organisée sous le thème « comment s’assurer de la réussite des projets en maximisant les impacts qu’ils auront dans l’organisation ? », vise à permettre aux participants, venus du Cameroun, de la guinée équatoriale, de la république démocratique du Congo et du Maroc, d’avoir une vision d’ensemble de la gestion de projet, du portefeuille de projet, la gouvernance et de la gestion des équipes de projet, afin de réussir une démarche d’amélioration de la maturité organisationnelle en gestion de projets.
Cette formation de cinq jours, animée par l’expert canadien dans le domaine de la gestion de projet, Benoît Lalonde, ambitionne également de permettre aux participants d’acquérir des connaissances quant à la gestion de projet organisationnelle, connaitre un modèle capable de mesurer la maturité d’une organisation selon les meilleures pratiques et les outils en vue d’augmenter le potentiel de réussite d’une administration ou d’une entreprise et de maitriser la terminologie et les concepts de base d’un bureau de projets et des grandes étapes de son implantation.
Les participants auront également à se doter de connaissances nécessaires au portefeuille de projets et à la gestion de risques et à apprendre une méthode structurée et organisationnelle de gestion de projet permettant d’améliorer la performance de l’organisation, et ce afin d’aligner efficacement les projets avec la stratégie organisationnelle, de comprendre leurs mécanismes et d’en assurer la supervision.
Intervenant à cette occasion, M. Lalonde a fait savoir que les projets représentent des outils puissants pour atteindre les objectifs stratégiques des administrations et entreprises publiques et privées et pour les rendre plus performantes, appelant ces établissements à adapter et innover leurs pratiques de gestion pour offrir des services de qualité aux citoyens.
Ila a ainsi souligné que cette formation vise à permettre à des responsables de l’administration publique de partager leurs savoir-faire et expériences respectives dans le domaine de gestion de projet et d’acquérir de nouvelles connaissances quant au portefeuille de projets et à la gestion des risques, à travers la présentation des exposés présentant les processus et les outils de travail et des ateliers pratiques, ainsi que le traitement des obstacles à une saine implantation des bonnes pratiques en gestion de projets dans les organisations africaines.
L’expert international n’a pas manqué de souligner le rôle la gestion de projet dans les administrations et entreprises publiques en matière d’amélioration et leur efficacité et à réaliser leurs objectifs.
Dans une déclaration à la MAP, le directeur général de CAFRAD, Stéphane Monney Mouandjo, a assuré que cette formation vise à accompagner les transformations actuelles dans les administrations publiques au niveau du continent africain, où plusieurs pays se sont engagés dans de réformes visant à renforcer leur émergence économique, à travers la mise en place de plusieurs projets, ce qui nécessite, selon lui, un accompagnement en termes de compétences.
Il a ainsi souligné que cette première phase de formation est donnée en français dans la perspective de l’animer également en anglais pour profiter aux pays africains anglophones, notant que la présence de ces représentants des administrations publiques de plusieurs pays subsahariens dénote de l’intérêt porté par ces Etats à l’accompagnement du changement qui s’opère au niveau international à travers le renforcement des compétences en matière de gestion de projet.

SO—BR.
LC.

 
MAP 201729 GMT jui 2015

Dans la même catégorie