MAP Tour du Sahel de cyclisme (4è étape) : le Maroc confirme sa suprématie MAP Elections au Nigeria: L’INEC teste l’identification biométrique MAP Présidentielle au Liberia: George Weah investi par son parti pour un second mandat APS le Sénégal remporte le CHAN MAP Nigeria: Trois morts dans l’effondrement d’un immeuble à Abuja APS Kédougou : Le village de Bandafassi à l’heure du Festival des minorités ethniques APS Modernisation de l’agriculture: Macky Sall lance un programme de 85 milliards de FCFA APS Cancers: La subvention de la chimiothérapie a augmenté de 500 millions francs CFA en 2023 (officiel) APS Plus de 4000 tonnes de graines d’arachide collectées par la SONACOS dans la zone de Kaolack (DG) MAP Un médecin de l’OMS libéré dans le nord du Mali

Le capitaine Ibrahim Traoré officiellement désigné président du Burkina Faso


  6 Octobre      10        Politique (21568),

   

Ouagadougou, 05/10/2022 (MAP)- Le président du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), le capitaine Ibrahim Traoré, a désormais les pleins pouvoirs de président du Faso, chef suprême des armées, garant de l’indépendance de l’État et de la justice ainsi que bien d’autres prérogatives.

C’est ce qu’il ressort de l’acte fondamental du MPSR dont la teneur a été rendue publique par le capitaine Farouk Azaria Kiswendsida Sorgho dans la soirée du mercredi sur la télévision nationale burkinabé.

L’acte fondamental fixe également l’organisation du MPSR autour d’un président, deux vice-présidents, un coordonnateur et deux commissions, selon la presse locale.

Le fonctionnement de ces différents organes est défini par ordonnance du président du MPSR.

Le MPSR assure ainsi le plein exercice du pouvoir d’Etat, sous la houlette de son président, en attendant la mise en place des organes de la Transition.

Le capitaine Traoré avait justifié son coup de force en reprochant à son prédécesseur, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, « la dégradation continue de la situation sécuritaire » dans un pays miné par la violence jihadiste et où les attaques sanglantes contre civils et militaires se sont multipliées ces derniers mois.

Il a  promis de respecter les engagements pris par son prédécesseur à l’égard de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest ‘Cédéao) sur l’organisation d’élections et un retour de civils au pouvoir au plus tard en juillet 2024.

Dans la même catégorie