AIP Présidentielle 2020 : début du dépouillement à Man AIP Présidentielle 2020: des incidents signalés dans le département de Kounahiri AIP Présidentielle 2020: Des urnes vandalisées et des bureaux de vote fermés dans des villages de Bonon AIP Présidentielle 2020: Kafana Koné salue la discipline des électeurs dans les bureaux de vote à Yopougon AGP Eliminatoires CAN 2021 : calendrier des 3e et 4e journées de qualifications AGP Mamou-Société: Arrestation d’un présumé auteur du meurtre de 2 enfants à Sobéya dans Dounet APS MARIE KHÉMESSE NGOM NDIAYE SALUE LES RÉSULTATS DANS LA LUTTE CONTRE LE PALUDISME AGP Labé-crise postélectorale : Hausse considérable du prix des denrées alimentaires ANGOP Covid-19: Angola regista 416 recuperados e 247 novos casos APS « IL N’Y A PAS EU D’ÉLECTION », SELON PASCAL AFFI NGUESSAN

« Le changement climatique met nos modes de vie en danger et remet en cause notre stabilité écologique » (Ministre Kalla Ankourao)


  17 Septembre      8        Environnement/Eaux/Forêts (2191),

   

NIAMEY, 17 sept (ANP) – Le Ministre des Affaires Etrangères Kalla Ankourao a présidé, ce jeudi 17 septembre 2020 à partir de Niamey, une rencontre par visioconférence avec des pays membres du Conseil de Sécurité sur le lien entre la paix et la sécurité d’une part, et les changements climatiques de l’autre.

Cette rencontre virtuelle entre les 15 pays membres du Conseil de Sécurité a pour thème « Effets Humanitaires de la Dégradation de l’Environnement sur la Paix et la Sécurité ». Et selon le Ministre Kalla Ankourao, « à l’heure où la question relative aux effets du changement climatique se fait examiner, ces catastrophes viennent nous rappeler, une fois de plus, la gravité de ce phénomène qui ne cesse de se reproduire, qui met nos modes de vie en danger et remet en cause la stabilité écologique qui a permis de garantir une certaine harmonie entre l’homme et son environnement ».

Et l’Afrique reste, malgré tout, « le continent où ce phénomène est le plus accentué et les réponses pour y faire face, les plus timides », selon le Ministre des Affaires Etrangères, qui pense que cette situation s’explique par l’existence de contraintes diverses parmi lesquelles les difficultés d’adaptation, la désertification, la raréfaction de l’eau et des terres cultivables.

A ces contraintes s’ajoutent l’assèchement et la baisse des niveaux de l’eau. « Tout cela ne va pas sans conséquence sur la vie économique et sociale des populations de par le monde, qui se trouvent dans des situations d’extrême précarité », a indiqué le Chef de la diplomatie nigérienne.

En plus du choc climatique, le Sahel est également soumis à un choc sécuritaire aux conséquences dévastatrices et tragiques. L’aggravation de la violence dans la zone dite des trois frontières (Niger-Mali-Burkina) et dans le bassin du Lac Tchad a conduit à une augmentation du nombre des personnes déplacées à travers cette région.

« Actuellement, a informé le Ministre nigérien des Affaires Etrangères, une personne sur 4 vit en zone de conflit et 4,5 millions de personnes sont soit déplacées internes ou des réfugiées ».

La prise en charge effective de ce problème « nécessite des politiques de coopération mieux adaptées à ces nouveaux défis qui n’épargnent aucun pays et qui constituent des réelles menaces pour la paix et la stabilité des Etats, ainsi que l’avenir des générations futures », préconise le Ministre Kalla Ankourao.

En tant que Conseil de Sécurité, « notre objectif n’est pas seulement résoudre les conflits, nous avons aussi la responsabilité fondamentale de les prévenir. Il est donc essentiel de comprendre les causes, les effets et les complexités du changement climatique surtout dans les zones de conflit », a-t-il suggéré.

Le Ministre Kalla Ankourao a enfin rassuré les participants sur l’engagement du Niger « à œuvrer pour toute initiative régionale ou internationale qui apporterait des réponses fortes aux problèmes liés à la dégradation de l’environnement et à son impact sur la paix et la sécurité ».

Dans la même catégorie