INFORPRESS Santo Antão: Olavo Correia no Porto Novo para inaugurações e lançamento do programa de estágios profissionais INFORPRESS São Vicente: Vale a pena lembrar a história da hidrobase de Calheta – Reitor da Uni-Piaget ANP Journée mondiale de l’eau : Rendre cette ressource accessible à tous d’ici 2030 AIP La ville de Casablanca est un hub de la Smart City en Afrique (Dg Casa Events) AIP Une convention signée pour l’achat de 200.000 t de noix de cajou origine Côte d’Ivoire AIP Un groupe vietnamien veut implanter une usine de transformation de l’anacarde en Côte d’Ivoire AIP Côte d’Ivoire: Félix Anoblé exhorte les acteurs des PME à plus de professionnalisme MAP Le Maroc, l’OCDE et le Conseil mondial de l’eau s’associent en faveur de la sécurité de l’eau en Afrique AIP La Côte d’Ivoire obtient son ticket pour la coupe du monde de la boulangerie MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines

Le CNOA veut remettre de l’ordre dans la pratique du métier d’architecte en Côte d‘Ivoire


  25 Octobre      32        Travaux publics (461),

   

Abidjan, 25 oct (AIP)- Le Conseil national de l’ordre des architectes (CNOA) a décidé de remettre de l’ordre dans la pratique du métier d’architecte en Côte d’Ivoire, estimant que l’exercice illégal de la profession devient un véritable fléau qui mine la corporation.

Son président, Abdoulaye Dieng, a dénoncé mercredi, lors d’une conférence de presse au siège de la CNOA à Abidjan, l’existence de cabinets illégaux préjudiciables à la corporation. « Il nous faut absolument arrêter le désordre dans la pratique de notre métier. Aujourd’hui les architectes ivoiriens n’ont même pas 10% du marché de la construction alors qu’ils devraient crouler sous le poids des contrats, compte tenu du boom économique que connaît le pays », a-t-il fait remarquer.

Il a expliqué qu’en Côte d’Ivoire, il existe des cabinets à fort potentiel d’architectes expatriés sans qu’aucun architecte ivoirien ne soit embauché en dépit de sa qualification. « Ces architectes assurent actuellement la majeure partie des projets de construction », a déclaré le président du CNOA.

Selon M. Dieng, ces entreprises, pour exercer à temps plein en Côte d’Ivoire, doivent se conformer aux règles en vigueur, notamment s’associer par un contrat en bonne et due forme à un architecte ivoirien, payer des redevances au CNOA, embaucher des architectes ivoiriens, recruter et former obligatoirement des stagiaires à l’instar des cabinets locaux.

« L’ordre des architectes lance un sérieux avertissement à tous ceux qui exercent illégalement la profession et à ceux qui utilisent frauduleusement le titre d’architecte et ce au regard de la loi et les appelle à arrêter d’évoluer en eaux troubles sous peine dorénavant d’être poursuivis », a prévenu le président du CNOA, tout en levant un coin de voile sur la profession d’architecte d’intérieur et de dessinateur.

« Les architectes d’intérieur peuvent pour réglementer leur profession, s’ériger en association ou en chambre, mais aucunement s’arroger la dénomination Conseil national qui est sous tendu par une loi », a dit le président de l’Ordre des architectes.

Depuis 1970, la loi sur l’architecture a confié au CNOA, l’intérêt public de la qualité des constructions, de leur insertion harmonieuse, du respect des paysages naturels ou urbains et du patrimoine, rappelle-t-on.

Dans la même catégorie