APS LA NASA A OBSERVÉ UNE OCCULTATION STELLAIRE DEPUIS LE CENTRE DU SÉNÉGAL APS CENTRALE DE 300 MW : LA SIGNATURE DU CONTRAT DE CONSTRUCTION PRÉVUE SAMEDI MAP CEDEAO : vers la levée totale des sanctions imposées au Mali MAP L’ONU évolue dans un monde où l’humanité fait face à une érosion inquiétante du multilatéralisme (M. Loulichki) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le Président Ouattara pose lundi la première pierre des travaux du deuxième terminal à conteneurs AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Un plan d’aménagement de la forêt classée de Goin-Débé en cours d’élaboration AIP Côte d’Ivoire-AIP/ 31 nouveaux cas de Covid-19 et 29 guéris APS LANCEMENT D’UNE CELLULE D’ÉTUDES ET DE RÉFLEXION AU SERVICE DE MÉDINA BAYE AGP Gabon/Koulamoutou: La SBL en soutien aux agriculteurs locaux AGP Gabon: Le bilan et les performances de la Comilog et Setrag présentés à Ali Bongo Ondimba

LE CNSAC INVITÉ À GARANTIR LA SÉCURITÉ ET LA SÛRETÉ À L’OUVERTURE DES FRONTIERES AÉRIENNES


  21 Juillet      6        Securité (1617),

   

BRAZZAVILLE, 21 JUIL (ACI) – Le ministre en charge des transports, de l’aviation civile et de la marine marchande, Mme Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas, a exhorté, le 21 juillet à Brazzaville, le Comité national de sûreté de l’aviation civile (Cnsac) à déterminer les mesures idoines en vue de garantir un niveau de sécurité et de sûreté propice à la relance des activités dans ce secteur.
Au cours de cette première session 2020, dont le but est de préparer la reprise du trafic, Mme Ebouka-Babackas a insisté sur les mesures à prendre pour réduire les risques sanitaires inhérents à la reprise des vols commerciaux lors de la réouverture des frontières aériennes.
Tout en soulignant la nécessité pour toutes les parties prenantes de préserver la crédibilité du pays en matière de sûreté aérienne en toutes circonstances, Mme Ebouka-Babackas a déploré les deux incidents majeurs survenus à l’aéroport de Pointe-Noire avec les tirs de projectiles et à celui de Brazzaville, avec un homme dans un des réacteurs d’un aéronef.
« Mais pour l’heure, l’urgence pour les participants réside dans l’aptitude à déboucher sur des mesures devant s’appliquer aux passagers en particulier, aux personnels exploitants privés, aux administrations publiques évoluant sur les plateformes aéroportuaires et aux usagers en général », a ajouté la ministre en charge des transports.
cette session s’ouvre dans un contexte où la lutte contre la pandémie à coronavirus a conduit le gouvernement à fermer les frontières terrestres, maritimes et aériennes, notamment avec la suspension de tous les vols passagers commerciaux des compagnies aériennes implantées au Congo, avec l’apparition du premier cas au Congo le 14 mars 2020.
Selon une note circulaire du Premier ministre, M. Clément Mouamba, relative à la reprise du transport aérien dans le contexte de la lutte contre la Covid-19, les responsables des ministères en charge de l’intérieur, des transports et de la santé sont chargés de veiller au strict respect de l’application des mesures barrières.
Plusieurs mesures ont été prises, allant du nettoyage et de la désinfection de l’aérogare à l’accès à la gestion des passagers suspects et non suspects. « Les voyageurs sont tenus de se conformer aux instructions données par les membres d’équipage ou les agents d’embarquement, relatives au port du masque et d’autres consignes applicables. Tous les services pouvant générer un contact entre les passagers et le personnel de bord doivent être réduits au strict minimum, voire suspendus », stipule la circulaire du Premier ministre.
De même, les exploitants aériens doivent mettre en place un système permettant à l’équipage de cabine de détecter les voyageurs soupçonnés d’être atteints de la Covid-19. Sauf pour des raisons de sécurité ou de sûreté, les passagers en transit restent à bord de l’aéronef et doivent se conformer aux instructions du personnel de cabine.
Les exploitants aériens et les fournisseurs de services d’escales doivent aussi coopérer avec les autorités de santé publique pour les questions liées aux inspections des bagages et des marchandises.
Cette première session 2020 a connu la participation des représentants de plusieurs ministères et des directions générales concernées.

Dans la même catégorie