AIP Présidentielle 2020 : début du dépouillement à Man AIP Présidentielle 2020: des incidents signalés dans le département de Kounahiri AIP Présidentielle 2020: Des urnes vandalisées et des bureaux de vote fermés dans des villages de Bonon AIP Présidentielle 2020: Kafana Koné salue la discipline des électeurs dans les bureaux de vote à Yopougon AGP Eliminatoires CAN 2021 : calendrier des 3e et 4e journées de qualifications AGP Mamou-Société: Arrestation d’un présumé auteur du meurtre de 2 enfants à Sobéya dans Dounet APS MARIE KHÉMESSE NGOM NDIAYE SALUE LES RÉSULTATS DANS LA LUTTE CONTRE LE PALUDISME AGP Labé-crise postélectorale : Hausse considérable du prix des denrées alimentaires ANGOP Covid-19: Angola regista 416 recuperados e 247 novos casos APS « IL N’Y A PAS EU D’ÉLECTION », SELON PASCAL AFFI NGUESSAN

Le conseil municipal de Libreville enregistre un solde de plus de 25 milliards FCFA exercice 2018


  10 Octobre      20        Economie (10121),

   

Libreville, 10 Octobre (AGP) – Le Conseil municipal de Libreville a enregistré un solde de 25 milliards 802 millions 914 mille 644 Francs CFA, lors de l’examen et l’adoption des comptes administratif et de gestion de l’exercice 2018, du temps du maire sortant, Rose Christiane Ossouka Raponda, au cours de la session ordinaire convoquée vendredi 9 octobre.
Tenue vendredi 9 octobre dans un contexte particulier, la session ordinaire du conseil municipal de la commune de Libreville a inscrit un solde de gestion positif de 25 milliards 802 millions 914 mille 644 Francs CFA, au compte de l’exercice 2018. Un montant qui correspond principalement aux actes administratifs posés par le président sortant du conseil municipal, Rose Christiane Ossouka Raponda, nommée Premier ministre de la République gabonaise.

Présidé par le maire intérimaire actuel de l’hôtel de ville de Libreville, Serge Wiliam Akassaga Okinda, à cause de l’indisponibilité du président statutaire, Léandre Nzué, les travaux de ce conclave qui ont réunis 143 conseillers municipaux répondaient essentiellement aux exigences administratives en matière de gestion. Ces derniers étaient notamment encadrés, par les prescriptions des articles 36,44 et 62 de la loi organique n°1/2014, relative à la décentralisation. A cette norme, s’ajoute également l’arrêté n° 00018/MI/PES/CAB.G, du 1 octobre 2020.

Le président du conseil municipal sortant, Rose Christiane Ossouka Raponda, n’ayant pu répondre de sa gouvernance, au titre de l’exercice 2018, la loi autorise donc l’actuel édile par intérim de la commune de Libreville à convoquer une session ordinaire. Et même une session extraordinaire du conseil municipal.

«Il est opportun de rappeler que cette session ordinaire du conseil municipal, répond exclusivement aux besoins de se conformer aux exigences statutaires de continuité de l’administration. En effet, pour des contingences indépendantes de la volonté du président du conseil municipal sortant, il ne lui a pas été donné l’occasion de justifier sa gestion au terme de sa mandature», a déclaré Serge William Akassaga Okinda.

Dans la même catégorie