APS Promovilles: lancement des travaux de deux voies pour désenclaver Tivaouane Peulh-Niaga APS Cinq joueurs sénégalais dans le onze-type du CHAN AIP Coupe du monde des clubs 2023: Al Hilal (Arabie Saoudite) s’impose devant Flamengo (Brésil) (1-0) AIP REVUE DE PRESSE : La remise du Prix Félix Houphouët Boigny à la Une des journaux AIP COVID-19: Cinq nouveaux cas enregistrés mardi AIP COVID-19: Le préfet de Tiébissou exhorte ses administrés à s’approprier la campagne nationale d’intensification de la vaccination AIP Les pouvoirs de l’ANP étendus par la nouvelle loi sur la presse APS Samba Ndiobène Ka « satisfait » de l’avancement des travaux de pavage à Biscuiterie APS L’Etat et le groupe de la BAD signent deux accords de financement ANP Le Ministre du pétrole sur le chantier du pipeline Niger-Bénin dont 70% des travaux sont réalisés

LE CORAF VEUT FACILITER L’ACCÈS DES PRODUCTEURS AUX TECHNOLOGIES


  30 Novembre      34        Science (487),

   

Dakar, 30 nov (APS) – Le Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles (CORAF) et la coopération suisse ont scellé un accord de partenariat visant à aider les petits agriculteurs du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest à accéder aux innovations et aux technologies agricoles améliorées, a appris l’APS.

’’Nous voulons faire de la technologie un levier du développement au niveau communautaire. Il ne s’agit plus d’échanger les technologies entre pays mais, de faire en sorte qu’une technologie disponible dans un pays puisse aller immédiatement au niveau des communautés’’, a expliqué le directeur exécutif du CORAF, Abdou Tenkouano.

Cette première phase de partenariat qui s’inscrit dans le cadre du plan stratégique du CORAF vise les agriculteurs de cinq pays dont le Bénin, le Burkina Faso, le Tchad, le Mali et le Niger.

’’Cette signature revêt une importance historique non seulement pour financer un programme mais pour accompagner le plan stratégique du CORAF qui a été mis en place par les pays en réponse à la demande des populations et des commissions économiques régionales’’, a fait observer, M. Tenkouano.

Il a souligné que ’’’l’offre agricole est aujourd’hui très largement en dessous de la demande, les programmes de mise à l’échelle des technologies sont souvent mis en œuvre de manière isolée, parfois antagoniste, et sans aucune synergie les uns avec les autres’’.

Il a indiqué son institution veut travailler en priorité avec les organisations communautaires qui recevront de petits financements certes mais à utiliser de façon efficace, pour un changement réel.

’’Nous pensons que les jeunes et les femmes sont demandeurs de nouvelles technologies, d’emplois. Nous pensons que les mécanismes que nous mettrons en place, les retiendront sur place afin qu’ils ne risquent pas leur vie en essayant de traverser la mer pour un soit disant bonheur qui existe là où, ils sont’’, a estimé Abdou Tenkouano.

Dans la même catégorie