MAP Côte d’Ivoire/coronavirus : 349 cas, 41 guérisons et 3 décès ACI LE CONGO PAYS COMPTE DESORMAIS 60 CAS ET TROIS NOUVEAUX GUÉRIS DE COVID-19 ACI FORMATION DU PERSONNEL DU CHUB SUR LA PCI EN MILIEU HOSPITALIER AIP Inter/ Les Marocains sans masque risquent des peines de prison AIP Les populations de Warma formées sur la gestion des rumeurs et des conflits AIP COVID 19: La LONACI désinfecte ses sites AIP COVID-19: Les auteurs d’augmentation illégale du tarif de transport subiront la rigueur de la loi (préfet) AIP Covid-19 : Reprise d’activités du Premier ministre après une dizaine de jours de confinement AIP Le comité départemental de sécurité de Soubré invité à plus d’actions de prévention du Covid 19 AIP Covid 19: vingt-six nouveaux cas confirmés

LE DÉVELOPPEMENT DES NTIC, UNE OPPORTUNITÉ POUR LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT (EXPERT)


  31 Octobre      2        Entreprises (247),

   

Dakar, 30 oct (APS) – Le développement des nouvelles technologies de

l’information et de la communication ’’est une opportunité » pour les

pays en développement de pouvoir prendre eux-mêmes en charge leurs

besoins en offrant des formations de qualité aux jeunes tout en se

positionnant à l’international, a déclaré mercredi à Dakar, Amadou

Moustapha Bâ, directeur général adjoint de l’Ecole centrale

polytechnique d’ingénieurs.

« C’est une opportunité pour nos pays en développement de pouvoir, de

par nous-mêmes, prendre en charge nos besoins dans le domine, en

formant des jeunes de qualité mais aussi en nous positionnant sur

l’international », a notamment indiqué M. Bâ par ailleurs ingénieur

informaticien.

Il s’exprimait en marge des journées portes ouvertes de l’Ecole

centrale polytechnique d’ingénieurs, un établissement privé supérieur

ouvert en septembre 2018 à Dakar.

« Vous savez, l’évolution constante des nouvelles technologies dans le

domaine du numérique, ces dernières années, est extraordinaire. Elle a

permis de rapprocher les pays et elle a aussi permis le partage des

connaissances », a-t-il expliqué.

Il a rappelé qu’avec Internet, les utilisateurs peuvent sur « un simple

clic », envoyer des images, des fichiers, des données partout dans le

monde à plusieurs personnes et en même temps. « C’est ça la nouvelle

technologie numérique », a-t-il relevé.

« Donc, a soutenu le directeur général adjoint de l’Ecole centrale

polytechnique d’ingénieurs, la mondialisation de cette nouvelle

technologie a fait que nous sommes dans une situation où la demande et

l’offre sont telles qu’il faut se positionner pour pouvoir être parmi

les meilleurs. »

« Il faut que nous libérions le potentiel qui existe en chacun de nous

dans nos Etats. Il n’est pas dit que ceux qui sont dans les pays

développés sont meilleurs que nous mêmes si le contexte est

différent », a-t-il ajouté.

Selon lui, si les Etats sous-développés arrivent à mettre leurs jeunes

dans les conditions les meilleures et à libérer les potentiels qui

sont en eux, « nous pourrons faire de ces jeunes de brillants

créateurs, des professionnels qui n’ont rien à envier aux jeunes des

pays développés ».

SG/MD

Dans la même catégorie