MAP La CGEM prend part à Kigali à l’Africa CEO Forum MAP Praia abrite le deuxième Forum sur la santé en Afrique GNA Minister warns directors against interference in award of road contracts NAN Dentist advises public to avoid high intake of refined carbohydrates NAN AFCON 2019: We dedicate qualification to God, Tanzanians — Coach Amuneke NAN AFCON U-23 Qualifier: Dream Team V11 victory excites fans MAP Sahara marocain : Sao Tomé-et-Principe continuera à se positionner au côté du Maroc dans sa défense de sa cause juste (ministre des Affaires étrangères) MAP La ministre nigérienne de l’Intégration africaine félicite le Maroc pour la réussite de la Conférence sur l’appui de l’UA au processus politique de l’ONU sur le différend autour du Sahara marocain MAP Cyclone Idai, le Mozambique compte ses victimes et prie pour éviter le pire MAP La Ligue africaine des écoles supérieures d’art dramatique plaide à Paris pour un véritable partenariat Nord-Sud

Le développement du football africain est tributaire de la mise en place de grands clubs et du renforcement des infrastructures sportives (Pdt de la CAF)


   

Rabat, 07/03/2018 (MAP) – Le développement du football africain reste tributaire de la mise en place de grands clubs et des paramètres qui participent à l’épanouissement des joueurs, du renforcement des infrastructures sportives convenables et d’une couverture médicale diététique, a souligné, mardi à Marrakech, le président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad Ahmad.

Lors d’une conférence de presse tenue en clôture du symposium de la CAF sur le football féminin, placé sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, M. Ahmad a indiqué que certains pays sont en avance par rapport au professionnalisme du football dans leur pays respectifs, notant que « ce n’est pas un hasard si le Maroc réalise aujourd’hui des résultats importants en matière du développement de ce jeu ».

Dans ce contexte, il a fait savoir que le Maroc a « beaucoup investi » dans le football et que la cohérence des actions de la part du gouvernement, de la fédération et du secteur privé, fait du Royaume un modèle à suivre en la matière, poursuivant que ce niveau ne peut être atteint que par la mise en place de centres de formation et de clubs bien organisés qui respectent les conditions minimales d’un vrai club.

En outre, il a mis l’accent sur l’importance des recommandations formulées lors de cette rencontre et que les deux jours de ce symposium étaient « insuffisants » pour synthétiser toutes les résolutions, enchaînant que ces recommandations sont d’ordre classiques ayant trait au développement de l’arbitrage, au développement d’entraînement et surtout au débat pertinent sur le sponsoring et le blocage culturel.

Concernant la candidature du Maroc pour l’organisation de la Coupe du monde 2026, le président de la CAF a précisé que cette candidature du Royaume constitue une candidature africaine, notant que le Maroc a actuellement toute la possibilité pour accueillir « aisément » cette manifestation sportive et « personne ne peut contredire cette décision ».

A ce titre, il a appelé tous les pays africains à prendre au sérieux cette candidature qui constitue une « candidature légitime » pour le continent, qui n’a organisé qu’une seule phase finale de la Coupe du monde pendant une centaine d’années.

L’Afrique a contribué au développement du football mondial et c’est un droit légitime qui lui revient d’organiser une deuxième fois cet événement footballistique mondial, a-t-il soutenu, appelant tous les partenaires européens, asiatiques et américains à soutenir cette candidature.

S’agissant des différentes décisions stratégiques prises par la CAF durant la première année de son mandat, M. Ahmad a cité notamment l’adoption d’une série de réformes visant à instaurer une bonne gouvernance, à doter l’administration centrale d’un organigramme, augmenter le nombre des équipes participantes à la Coupe d’Afrique des Nations de 16 à 24, revoir les licences des entraîneurs et soutenir financièrement les 5 équipes qualifiées à la Coupe du monde, ainsi que l’utilisation de la vidéo en arbitrage lors des matches.

Co-organisé les 5 et 6 mars par la CAF et la Fédération royale marocaine de football (FRMF), sous le slogan « relevons le défi », ce symposium se propose d’élaborer une nouvelle voie pour le développement du football féminin en Afrique.

Cette rencontre a été marquée par la participation des présidents de plusieurs fédérations africaines, des membres du Comité exécutif de la CAF, de représentants des gouvernements, d’ambassadeurs et de personnalités sportives marocaines et étrangères.

Lors de ce conclave, les participants ont débattu de moult thématiques ayant trait aux contraintes qui entravent le développement du football féminin sur le continent, notamment « Développer la pratique du football féminin », « Développer la formation technique des formateurs, arbitres et instructeurs », « le Concept de la gouvernance dans le football féminin », « le Rôle du football féminin dans la promotion et la socialisation de la femme » et « la Place des médias et de la communication dans la dynamisation du football féminin ».

Dans la même catégorie