AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021 : Les candidats en lice à Cocody se « disputent » les espaces de communication AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021 : Douca Marcel présente sa candidature aux élections législatives AIP Côte d’Ivoire-AIP/CAN U17 : les Eléphanteaux dans le groupe A avec le Maroc, l’Ouganda et la Zambie GNA Ghana safest destination for opportunities under AfCFTA GNA $20 million national studio in the offing-Tourism Minister-designate GNA “MOYS will design comprehensive bonus structure for national teams” – Mr. Ussif GNA “All sporting disciplines will be given equal attention” – Mr. Ussif GNA Tema COVID-19 Burial Team to bury four at the weekend GNA Engage Environmental Health Officers to educate public on COVID-19 GNA GRNMA records 50 COVID-19 cases with one death in Volta

LE DG DE LA DPV INSISTE SUR LA QUALITÉ PHYTOSANITAIRE DE LA PRODUCTION


  8 Février      12        Environnement/Eaux/Forêts (2560),

   

Diamaguéne, 8 fév (APS) – Le Directeur de la Protection des Végétaux, Saliou Ngom, a souligné, lundi, l’obligation pour le Sénégal d’assurer la qualité phytosanitaire de sa production, en vue de réussir le pari de l’exportation.

’’Nous sommes dans l’obligation d’assurer la qualité phytosanitaire de notre production si vous voulons l’exporter. Tous nos produits doivent respecter les normes internationales afin d’être bien commercialisés’’, a indiqué le Directeur de la Protection des Végétaux (DPV), Saliou Ngom.

M. Ngom intervenait lors de la cérémonie d’ouverture d’un atelier de formation sur l’analyse du risque et la surveillance phytosanitaire.

Cette formation de quatre jours est organisée en partenariat avec l’Agence canadienne d’inspection des aliments.

Selon lui, les cultures et les récoltes doivent être protégées afin de préserver la santé publique, ajoutant que ’’cela commence par la mise sur le marché de produits indemnes de substances toxiques’’.

Il a souligné qu’une production saine et en bonne qualité pouvait permettre au Sénégal d’assurer l’exportation de ses produits.

’’Même s’il y a la réduction des barrières douanières, il y a aussi des limites maximales de résidus admises qui doivent être respectées afin que les produits puissent franchir nos frontières’’, a déclaré Saliou Ngom.

Indiquant que cette formation arrive à son heure, il note qu’elle permettra aux experts d’avoir les compétences nécessaires pour accompagner la production ainsi que sa traçabilité.

Dans la même catégorie