GNA Parliament approves 81-million euro loan for Sekondi-Takoradi Water Project GNA NDC solicits massive votes in Zongo communities GNA Kwapong Nursing Training College bedevilled with inadequate physical infrastructure GNA NDC to empower 500 youth in New Juaben South on TVET GNA WAPCo organises free eye-screening for Kpone, Tema Manheam residents AGP Gabon/Covid-19 : «Je ne reculerai devant aucune décision pour protéger les Gabonais (es), en particulier sur le plan de la santé» (Ali Bongo Ondimba) APS LUTTE CONTRE LA TRAITE DES PERSONNES : UN OFFICIEL TIRE UN BILAN ’’GLOBALEMENT POSITIF’’ ANP Niger : Remise des attestations et diplômes de fin de cycle aux élèves et étudiants de l’IFTIC ANP Situation dans le Golfe : Le Ministre Kalla Ankourao réitère le soutien du Niger à l’Appel au cessez-le-feu ANP Niger : coup d’envoi des travaux de 3 projets dont la cimenterie de Kao dans la Région de Tahoua

Le dirigeant syndical dénonce « la dictature de la police judiciaire » qui « doit cesser »


  18 Septembre      6        Justice (896),

   

Praia, 18 sept (Inforpress) – Le président de l’Union de l’Association des enquêteurs et du soutien aux enquêtes criminelles (ASFIC-PJ), João Vaz, a déclaré comprendre qu’«il y a une dictature dans la police judiciaire (PJ)», une pratique qu’il a défendue, qui «doit se terminer».
Ce leader associatif s’adressait à la presse ce mercredi à Praia, en marge d’une manifestation contre la mise en place d’un service social basé sur le salaire des salariés.
«(…) Il y a clairement une dictature lorsque le salaire du salarié est invoqué, en cachette, pour dire qu’il est au profit des salariés. Il y a une dictature quand on décide d’aller au salaire du salarié de cette manière pour créer un service dont les salariés n’étaient pas au courant », a-t-il souligné.
João Vaz a déclaré que l’ASFIC-PJ considère que cette «manœuvre totalement dirigée par le directeur national de la police judiciaire» est «totalement irrespectueuse» envers les employés de la PJ dans le sens d’une «baisse manifeste du salaire de l’employé».
«Nous pensons qu’il ne sera pas mis en œuvre. Il doit être mis en œuvre ce mois-ci avec une réduction de 2% sur les salaires des employés, mais nous pensons qu’il y a encore une possibilité pour nous de nous asseoir à la table et de négocier cette question», a-t-il ajouté.

Dans la même catégorie