MAP L’intervention pacifique à El Guergarat démontre l’importance de développer la recherche sur la question du Sahara pour faire face aux mensonges du « polisario » (Boussouf) APS PLUS DE 19 MILLIARDS POUR LE BUDGET 2021 DU MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE APS CAF : CRÉATION D’UN COMITÉ NATIONAL DE SOUTIEN À ME AUGUSTIN SENGHOR AIP Réunions statutaires et célébration du 20 ème anniversaire du GIABA AIP COVID-19: Vingt et un nouveaux cas de contamination ce lundi 30 novembre AIP Covid-19 : Un rapport présente les capitaux privés et les fonds en capital-risque comme des opportunités d’investissement (communiqué) ANGOP Angola: PR considera Igreja parceira para o desenvolvimento ANGOP Covid-19: Angola regista 88 recuperações e 36 novos casos GNA HUAWEI Y9a: Your ideal gaming and binge-watching device GNA “I cannot confirm that Cocoa Nti and Ominfert fertilizer was procured in 2018”- witness

Le dossier lié à la spoliation des meubles des ambassades évoqué aux Affaires étrangères


  4 Novembre      23        Société (25475),

   

Kinshasa, 04 nov 2020 (ACP) –Le directeur a.i. de cabinet du Président de la République, Désiré Casimir Kolongele Eberande, a présidé mercredi au ministère des Affaires étrangères, une réunion de haut niveau destinée à examiner les dossiers de spoliation des propriétés immobilières dont sont victimes certaines missions diplomatiques accrédités en RDC.

Le directeur a.i de cabinet de Chef de l’Etat a déploré cette situation de spoliation  des biens et mobiliers  des  missions diplomatiques accrédités mes en RDC devenue de plus en plus récurrente aujourd’hui.

Il a révélé que des personnes connues et identifiées agissant seules ou  dans le cadre des réseaux ont pris pour cibles les maisons, les meubles appartenant non seulement à l, État mais aussi à des représentations diplomatiques accréditées en RDC.

Il a déploré le fait que ces personnes le font avec le concours des services de l’État, de la police et de l’armée.

Les États victimes, a-t-il dit, menacent de faire activer la réciprocité dans les pays où la RDC a bénéficiée également des affectations des locaux pour les besoins d’activités diplomatiques.

«L’État ne doit pas souffrir à cause de l’activisme mal veillant d’un individu ou d’un groupe d’individus », a-t-il souligné.
En tant que Grand de bon fonctionnement des institutions de la République, le Chef de l’État qui a été saisi par plusieurs ambassades et missions diplomatiques ne doit pas baisser les bras, a indiqué le  directeur de cabinet du Chef de l, État.

« Cette situation doit s, arrêter immédiatement », a-t-il insisté.

Après avoir donné les orientations du Président de la République à ce sujet, le directeur Kolongele Eberande a rappelé certaines dispositions de la Convention de Vienne de 1961 sur les relations diplomatiques qui constituent un corpus des engagements souscrits par des États aux fins de faciliter aux diplomates l’accomplissement de leurs missions à l’étranger.

Il a mis l’accent sur le respect des immunités des juridictions et l’immunité d’exécution
Invitant le Conseil supérieur de la magistrature à rappeler,  à tous les degrés, l’importance du respect de principe d’immunité de juridictions.

De son côté, le vice-ministre des Affaires étrangères et des Congolais de l’étranger, Raymond Tchedya Patay a lu à l’intention des participants quelques dispositions de la Convention de Vienne qui mettent à l’abri les missions diplomatiques surtout en ce qui concerne les privilèges et immunités des diplomates.

Ont pris part à ces travaux, le président du Conseil supérieur de la Magistrature, l’auditeur général des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), le Commissaire général de la police nationale, le secrétaire général du gouvernement, le conseiller principal du Chef de l’État au collège diplomatique, le vice-ministre de la Justice.

Dans la même catégorie