MAP L’engagement du Maroc en matière de coopération Sud-Sud est guidé par une Vision Royale clairvoyante plaçant l’élément humain au cœur des préoccupations APS UN LYCÉE À GÉNÉRATION FOOT POUR MIEUX METTRE EN EXERGUE ’’LA DIMENSION ÉDUCATIVE DU SPORT’’ ACP Une délégation de l’U.E reçue par le Président Félix-Antoine Tshisekedi APS MODERNISATION TITRES DE TRANSPORTS : LES PREMIÈRES CARTES GRISES NUMÉRISÉES REMISES À LEURS DÉTENTEURS APS PARIS : UNE SCULPTURE DE BRONZE EN HOMMAGE AU SCULPTEUR OUSMANE SOW APS FEMMES ET SCIENCE : LES DOCTORANTES SÉNÉGALAISES INVITÉES À PARTICIPER AU PROGRAMME L’ORÉAL/UNESCO AIB Burkina : naissance d’un parti pro-Kaboré AIB Burkina : une organisation de la société civile accuse le pouvoir de vouloir sa liquidation AIB Bertrand Traoré incertain, 3 autres joueurs forfaits contre la Mauritanie APS PLAIDOYER POUR UNE RÉFORME DU SECTEUR DE L’HYDRAULIQUE

Le FMI table sur une croissance de 3,4 pc en Afrique subsaharienne en 2018


  9 Mai      72        Economie (22856), Finance (3735), Photos (20680),

   

Rabat, 09/05/2018 (MAP) – Le taux de croissance économique en Afrique subsaharienne s’inscrirait en légère hausse en 2018 avec un niveau de 3,4%, contre 2,8% en 2017, a fait savoir le Fonds monétaire international (FMI).

Cette croissance « qui s’accélère dans deux tiers des pays de l’Afrique subsaharienne est tirée par de bonnes perspectives mondiales, un rebondissement du prix des matières premières et un meilleur accès aux marchés internationaux des capitaux par les pays émergents et pré-émergents de la région », a expliqué, mardi à Libreville, le directeur adjoint du département Afrique du FMI, Dominique Desruelle, qui présentait le Rapport 2018 du Fonds sur les perspectives économiques sous-régionales en Afrique subsaharienne.

D’après l’institution financière, les perspectives sont favorables au niveau de l’Afrique subsaharienne, avec toutefois des différences importantes entre différents groupes de pays, notamment les pays exportateurs de pétrole, qui continuent de subir l’impact du choc de la forte baisse des prix du pétrole de 2014, plaidant pour davantage d’efforts pour une croissance soutenue et durable.

En revanche, le directeur adjoint du département Afrique du FMI a relevé qu’un certain nombre de pays, relativement pauvres en ressources naturelles, ont réalisé de forte croissance, citant dans ce cadre les pays de l’Union économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), avec une croissance de 6% ces dernières années, laquelle devrait perdurer dans le temps.

Dans la même catégorie