ACP Les ministres provinciaux de l’éducation invités à lutter contre les antivaleurs dans leurs entités ACP Sud-Kivu : 153 personnes touchées par la covid-19 en cette troisième vague ACP L’ambassadeur américain Mike Hammer visite le barrage d’Inga ACP Les journalistes de l’ACP appelés à améliorer leur rendement pour la promotion de l’agence ACP Le Président Félix Tshisekedi réitère la nécessité de travailler pour l’intérêt général ANP Célébration de la fête de Tabaski à Tahoua : Les commerçants satisfaits des retombées économiques ANP Le Premier Ministre reçoit le Représentant résident du PAM au Niger ANP Entretien entre le Premier Ministre et le tout Premier nouvel Ambassadeur des Pays Bas au Niger GNA Will Accra work again with street Hawkers? ANP Zinder : Les revendeurs ont réalisé de bonnes affaires à l’occasion de la Tabaski

LE FOGECA VEUT JOUER LES MÉDIATEURS EN GUINÉE ET EN CÔTE D’IVOIRE


  26 Octobre      25        Politique (17866),

   

Dakar, 26 oct (APS) – Le Forum des opérateurs pour la garantie de l’émergence économique en Afrique (FOGECA), affirmant être « préoccupé » par la situation prévalant actuellement en Côte d’Ivoire et en Guinée, s’est dit prêt à jouer les médiateurs pour éviter à ces deux pays une crise politique de nature à contrecarrer leurs efforts de développement.

« Le FOGECA se tient prêt à jouer sa partition chaque fois que de besoin y compris à servir de facilitateur de contact pour le retour de la paix aussi bien en Côte d’Ivoire qu’en Guinée », indique un communiqué reçu de cette organisation du secteur privé africain.

Aussi appelle-t-elle « les protagonistes des crises politiques qui secouent ces deux pays de l’Afrique à taire leurs différends et à s’asseoir autour d’une même table pour trouver une solution de sortie de crise ».

La Guinée qui vivait depuis plusieurs semaines des soubresauts politiques liées à la volonté contestée du président Alpha Condé de briguer un troisième mandat s’est enfoncée de plus belle dans la crise après la présidentielle du 18 octobre remportée par le chef de l’Etat sortant, selon la commission électorale.

Or, l’opposant Cellou Dalein Diallo s’était désigné vainqueur au lendemain du scrutin, avant même la proclamation des résultats par la commission électorale, sur la base des procès verbaux qu’il dit détenir.

Les observateurs redoutent de voir la même situation prévaloir en Côte d’Ivoire où des élections sont prévues le 31 octobre prochain, là aussi sur fond de contestation de la volonté du président Ouattara de briguer un troisième mandat.

Les opposants au président ivoirien ont appelé à la désobéissance civile, alors que des affrontements localisés entre communautés font craindre la résurgence de divisions politico-ethniques en cas de crise postélectorale, dix ans après la fin de la guerre civile.

En 2011, la crise née de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire avait fait des milliers de morts et des déplacements massifs de populations.

« Rien ne vaut la paix et aucun pays ne peut émerger économiquement sans l’instauration préalable d’une paix durable, gage d’un développement harmonieux et inclusif », souligne le Forum des opérateurs pour la garantie de l’émergence économique en Afrique dans son communiqué.

Le FOGECA, dont la 13e édition s’était tenue en février dernier à Dakar, est une organisation dont l’ambition est de fédérer les Opérateurs économiques et les chefs d’entreprises autour des idéaux d’intégration, de compétitivité et d’émergence du continent africain, en menant des réflexions sur les actions à mettre en œuvre pour la réussite de l’intégration africaine.

Dans la même catégorie