NAN Minimum wage: Nigerians react to disparity between federal, state workers NAN 29 governorship candidates sign peace accord in Kano AIB Burkina/Putsch 2015 : «Je n’ai jamais été l’envoyé du général Diendéré» (Sergent-chef Roger Koussoubé) AIB Burkina : une association demande la suppression des cotisations APE GNA Nana Bosoma central market turns « Sodom and Gomorrah » GNA Management of Ankobra Beach resort clears Ankobra river bank GNA Vice President Bawumia attends World Economic Forum GNA GSAand Nestlé Ghana Ltd sign strategic partnership agreement AGP Mamou: suspension et report de la mise en place du conseil communal de Ouré-Kaba suite à un malentendu entre élus du RPG AGP Ville de Conakry: la journée de participation citoyenne  » Conakry Ville Propre » aura lieu le samedi 26 janvier 2019

Le Forum AFER de Bamako, ou quand les préoccupations énergétiques se conjuguent au féminin


ES : Rachid Maboudi

Rabat, 30/09/2017 (MAP) – Des experts, acteurs associatifs et représentants de départements ministériels, sont venus de tout bord prendre part, samedi à Bamako, à la « Women’s Energy Day », tenue dans le cadre du deuxième forum africain des énergies renouvelables (Forum AFER).

Faciliter l’accès de la femme africaine, notamment rurale, aux énergies et l’impact de l’investissement dans les énergies renouvelables sur l’autonomisation de la femme africaine, ont été, entre autres, les principales questions débattues lors de cette journée initiée sous le thème « Les énergies renouvelables comme moteur de l’autonomisation de la femme africaine ».

Décidément, les femmes africaines sont les plus concernées par les projets énergétiques, vu qu’elles sont les plus impliquées dans les tâches ménagères qui nécessitent un approvisionnement continu en source d’énergie, ce qui limite et réduit leurs chances d’intégrer les activités éducatives ou de s’engager dans des activités génératrices de revenu.

Dans son intervention, Mme Khadija Boujanoui, présidente du comité « parité et diversité » au sein de la chaine marocaine 2M, est revenue sur le rôle de la femme dans le développement durable, les obstacles majeurs à l’autonomisation de la femme africaine et le rôle du réseautage dans la consolidation des capacités de la femme.

Dans ce sens, Mme Boujanoui, également directrice financière et du contrôle de gestion de la chaîne, a mis en exergue le rôle crucial de la femme dans la production, la gestion et la conservation des ressources (la production économique agricole, la gestion de la forêt, l’accès à l’eau…etc), faisant observer que la femme détient des savoirs et des connaissances propres à son vécu, à ses traditions et à son environnement.

« La femme est à la tête de plus de 60 pc des ménages dans certaines régions d’Afrique et assure 90 pc des besoins des ménages en eau et en combustibles », a-t-elle noté, ajoutant que la femme joue un rôle crucial dans l’émergence de l’économie sociale et solidaire qui est un levier important pour le développement durable en Afrique.

Citant un rapport de la banque mondiale, Mme Boujanoui a indiqué que « si l’on éradiquait toute forme de discrimination envers les travailleuses et les cadres de sexe féminin, la productivité des travailleurs pourrait faire un bond de 40 pc ».

Elle a également souligné que les médias doivent promouvoir le débat sur l’inégalité des sexes, lutter contre les stéréotypes qui entravent l’évolution de la femme dans la société, faire participer les femmes actives dans les débats socioéconomiques et politiques et faire entendre la voix des femmes vulnérables et en situation de précarité.

De son côté, la présidente du sommet africain pour le commerce et l’investissement et co-présidente du Women Economic Forum (région Mena), Mme Khadija Janati Idrissi a affirmé que les femmes sont plus touchées par le non accès à l’énergie que les hommes.

« Soixante pour cent pc de la population africaine est concentrée dans le monde rural, d’où des problèmes d’accès à l’électricité, aux vaccins- dû au manque de réfrigération-, et des taux élevés de décès à l’accouchement, etc », a-t-elle déploré.

Nonobstant ses potentialités en matière de richesse, l’Afrique ne tire pas pleinement profit de ces ressources, qui sont dans la majorité des cas exportées à l’état brut sans transformation, sachant qu’elles sont exploitées et recueillies souvent par des femmes, a-t-elle fait remarquer.

Selon les organisateurs, le Woman’s Energy day est l’occasion de réunir des femmes africaines engagées pour le développement du continent afin de les faire participer à la conception et à la mise en œuvre des projets d’énergie.

Il constitue une tribune pour intégrer l’approche genre dans la problématique de l’investissement dans les énergies renouvelables en Afrique, fédérer les femmes africaines engagées pour le développement du continent autour de la question des énergies renouvelables et initier et promouvoir un « Collectif de Femmes Africaines pour l’Energie ».

Le Maroc a été l’invité d’honneur du Forum africain des énergies renouvelables (AFER Forum) qui a tenu ses deuxièmes assises du 28 au 30 courant à Bamako, sous le slogan « La révolution verte de l’Afrique ».
HA

Dans la même catégorie