GNA HUAWEI introduces huge storage, stellar audio setup Y6s smartphone GNA NPP’s number one position is a step forward- Veep GNA ARB Apex Bank opens branch in Koforidua ANP Dr Abdallah Souleymane candidat investi par le parti ‘’Niger en Avant’’ candidat aux élections présidentielles 2020-2021. ANP Fin à Zinder de l’atelier de sensibilisation des Médias sur la participation politique des femmes ANGOP Covid-19: Angola regista 197 novas infecções GNA Eastern Regional NABCO trainees celebrate two years of working GNA I wish you die in prison-Judge to convict who defiled his two-year-old granddaughter GNA Cocoa Management System is an innovation for smooth implementation of Cocoa Farmers’ Pension Scheme -Veep AIP Côte d’Ivoire: COMMUNIQUE DU MINISTERE DE LA SANTE ET DE L’HYGIENE PUBLIQUE

Le Gabon à nouveau au Conseil des droits de l’homme de l’ONU pour trois ans


  14 Octobre      11        Politique (12193),

   

Libreville, 14 Octobre (AGP) – Le pays a été élu mardi 13 octobre, membre du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies. Une victoire saluée par les autorités gabonaises dont le président de la République, Ali Bongo Ondimba.
Le Gabon était candidat pour les quatre sièges qui devaient être pourvus au Conseil des droits de l’Homme de l’Organisation des nations unies (ONU) au compte de l’Afrique. Avec cette élection, le Gabon fait partie des 15 pays membres qui devaient occuper les quinze sièges à pourvoir sur les 47 sièges que compte le Conseil.

Outre le Gabon, on note donc la Bolivie, la France, le Malawi, le Mexique, le Népal, le Pakistan, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, l’Ukraine, la Grande-Bretagne, la Chine, le Cuba, la Russie et l’Ouzbékistan. L’Arabie saoudite est le seule pays qui a été recalé.

Dans sa page Facebook, le président de la République a salué cette victoire, indiquant qu’il s’agit là du résultat de la politique du Gabon en matière des droits humains

«Le Gabon a été élu ce mardi 13 octobre membre du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies. C’est un grand honneur et une lourde responsabilité. Ici, comme ailleurs, notre pays, dont la diplomatie est très active, continuera d’œuvrer en faveur des droits humains et de promouvoir en particulier l’égalité femme-homme et le droit de chacun à vivre dignement dans un environnement sain», a-t-il écrit.

Même chose pour le Conseil des ministres tenu mardi, qui a salué la politique diplomatique du chef de l’Etat.

«Le Conseil des ministres s’est félicité du leadership du président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ali Bongo Ondimba, au vu de l’approbation, par les instances de l’Union africaine et des Nations unies, de la candidature du Gabon à siéger à la Commission des Droits de l’Homme de l’Onu», a indiqué le communiqué final rendu public par le porte-parole du gouvernement, Madeleine Berre.

Dans la même veine, le Secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir, Eric Dodo Bounguendza a reconnu à travers l’élection du Gabon, l’efficacité de la politique diplomatique du président gabonais.

«Le Gabon élu comme membre du Conseil des Droits de l’homme est une fierté et une noblesse», a-t-il déclaré.

«Félicitations au Distingué camarade président Ali Bongo Ondimba pour ses actions de promotion et de protection, entreprises au fil des années, pour la jouissance des droits au Gabon et à l’échelle mondiale», a-t-il publié également sur sa page Facebook.

Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies est depuis 2006 l’organe intergouvernemental principal des Nations unies sur toutes les questions relatives aux droits de l’homme. Il est chargé de promouvoir et de protéger tous les droits de l’homme partout dans le monde. Avec 47 membres au total, il comprend entre autres, le comité consultatif fournit des conseils et des expertises au CDH, l’examen périodique universel (EPU) qui consiste à évaluer la situation des droits de l’Homme dans les différents pays de la planète et d’où il en découle des recommandations, les procédures spéciales que les rapporteurs spéciaux et représentants spéciaux et qui font des déclarations publiques sur la situation des droits de l’Homme dans tel ou tel pays, le mécanisme d’experts sur les droits des peuples autochtones (MEDPA) qui est un organe subsidiaire du CDH composé de cinq experts, ainsi que le Forum social qui promeut la cohésion sociale et la dimension sociale de la mondialisation.

Dans la même catégorie