AIP Côte d’Ivoire-AIP/Covid 19: des populations rurales de Daloa craignent la faim dans leurs villages AIP Côte d’Ivoire-AIP/ COVID-19/ Le secrétaire d’Etat Siaka Ouattara offre des kits sanitaires à la population du Gontougo AIP Côte d’Ivoire-AIP/ COVID-19 : Le maire et les FDS de Bondoukou patrouillent pour s’assurer du respect du couvre-feu AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le Conseil régional de la Mé initie une caravane de sensibilisation contre le coronavirus GNA COVID-19: Ghana records marginal increment in cases GNA NPP to distribute GH¢5 million worth of PPE nationwide GNA Parliament rises to an indefinite suspension by Speaker Oquaye AGP Guinée-Coronavirus : 111 cas confirmés de covid-19 pour 5 guéris et 0 décès AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le couvre-feu respecté à 98% à Niakara (Corps préfectoral) AIP Côte d’Ivoire/Des mesures barrière contre le COVID-19 difficilement observés au grand marché de San-Pedro

Le Gabon abritera la phase 2 du programme WAVE le 6 novembre prochain


  31 Octobre      17        Entreprises (245),

   

Libreville, 31 Octobre (AGP) – La cérémonie de lancement officiel de la phase 2 de WAVE (Central and West African Virus Epidemiology), aura lieu le 6 novembre prochain, à Libreville, sous le thème «la force de l’union pour une productivité agricole durable en Afrique centrale et de l’Ouest». Elle verra la participation de plusieurs experts, Institutions, bailleurs de fonds et d’un parterre d’invités nationaux et internationaux.

Les organisateurs de la cérémonie de lancement de la phase 2 du programme WAVE (Central and West African Virus Epidemiology), ont échangé, le mercredi 30 octobre 2019, à Libreville, avec la presse nationale et internationale, pour présenter la structure, sa raison d’être et ses objectifs.

Cette rencontre de haut niveau entre acteurs de la recherche scientifique et du développement agricole en Afrique de l’Ouest et du Centre, se déroulera en deux étapes. La première étape sera ponctuée d’allocutions et présentation du programme tandis que la deuxième étape se fera sous forme de tables rondes des partenaires techniques et financiers.

Ce grand rendez-vous rassemblera 200 participants nationaux et internationaux, notamment les membres du gouvernement gabonais, les ministres en charge de l’Agriculture et/ou de la Recherche scientifique des pays membres du programme WAVE, les membres du corps diplomatique accrédité au Gabon, les bailleurs de fonds du programme WAVE, BMGF et DFID, les partenaires du programme WAVE, les Responsables des institutions hôtes du programme WAVE, les Directeurs pays du programme WAVE et les Institutions Financières Internationales (BAD, BID…).

«C’est un programme de recherche et de développement axé sur les plantes à racines et tubercules. Nous nous concentrons de manière plus spécifique sur le manioc. Il s’agit d’une culture de subsistance, héroïne, parce qu’elle est résiliente et survie à tous ces aléas climatiques et qui nourrit nos populations les plus pauvres. Donc aujourd’hui, si l’Afrique veut assurer sa sécurité alimentaire, ça passe en tranceptant aussi par la culture du manioc. La culture du manioc est menacée par les maladies virales dont deux principales, la Mosaïque Africaine du Manioc et la Striure Brune du Manioc. L’incidence négative est d’autant plus importante quand les plants de manioc sont infectés par la striure brune. La maladie attaque ses racines, rendant ainsi difficile sa détection précoce par les agriculteurs. Ces virus n’ont aucun impact sur les êtres humains. C’est pourquoi nous avons décidé d’agir et d’être proactifs afin de mettre en place des plans de ripostes nationaux avec les gouvernants Gabonais», a expliqué Adja Aminata Ndiaye, chargée en communication.

Toutefois, elle a invité la presse nationale et internationale à rejoindre cette union. «Sans vous, nous ne sommes rien. Nous pensons que votre rôle va bien au-delà, il est central pour nous dans la sensibilisation, l’information, l’éducation etc. ».

La première phase de ce programme a durée 5 ans (2015-2019) dont l’appui financier de la Bill & Melinda Gates Foundation (USA) et du Department For International Development (Royaume Uni) a permis au programme WAVE de : Mettre en place des laboratoires de biotechnologies (biologie moléculaire et culture de tissus) de dernière génération ou de renforcer les capacités de laboratoires existants ; Faire l’identification et la caractérisation des virus des plantes à racines et tubercules dont principalement le manioc ; Former des producteurs à la reconnaissance des symptômes des maladies virales du manioc et aux bonnes pratiques culturales ; Former des étudiants de niveaux Master et Doctorat dans les domaines de l’épidémiologie et la caractérisation des virus, l’assainissement et la production en masse des semences ; Conserver et évaluer les ressources génétiques du manioc ; Élaborer des plans d’action nationaux de lutte contre les maladies virales du manioc dans chacun des pays membres du programme WAVE.

Pour Madame Aminata Ndiaye, ces différentes actions ont fait davantage prendre conscience de l’intérêt de l’union de toutes les forces pour booster la productivité agricole en Afrique. Il faut dire que la question du manioc figure maintenant à l’ordre du jour des programmes de la WAVE, car les résultats de la phase 1 ont été jugés satisfaisants et ont suscité l’adhésion progressive d’autres parties prenantes (les décideurs politiques, les rois, les chefs traditionnels et les producteurs). Le succès de cette phase 1 a incité la Bill & Melinda Gates Foundation (USA) et le Department For International Development (Royaume Uni) de renouveler leur soutien financier au programme WAVE en vue de l’exécution d’une deuxième phase.

Dans la même catégorie