APS JOJ DAKAR 2022 : IBRAHIMA WADE NOMMÉ COORDONNATEUR DU COMITÉ D’ORGANISATION APS CHEIKH AHMETH TIDIANE BÂ , NOUVEAU DIRECTEUR GÉNÉRAL DE LA CAISSE DES DÉPÔTS ET CONSIGNATIONS APS ABDOUL LATIF COULIBALY, NOUVEAU PORTE-PAROLE DE LA PRÉSIDENCE AGP Boké/ 1.540 panneaux solaires offerts à 51 villages de la préfecture AGP Lancement du projet ‘’Développer l’Agriculture commerciale en Guinée’’ dans la Région AGP Conakry/Coup de pouce des autorités aux bouchers et vendeurs de bétails AGP Des insuffisances relevées en 2018 au Crédit Rural de Guinée NAN NCC advocates broadband development to drive industrial revolution APS ABDOU KARIM SALL S’ENGAGE POUR LA SAUVEGARDE DU PARC DE NIOKOLO KOBA APS ALIOU CISSÉ DOIT TROUVER « LA BONNE FORMULE’’ POUR LA COHABITATION AU SEIN DE LA TANIÈRE, SELON EL HADJ DIOUF

Le génie d’Afrique réuni en exposition de trois artistes à Casablanca


  7 Mai      33        Arts & Cultures (2543), Arts plastiques (78),

   

Rabat, 07 mai 2015 -(MAP) – Le génie d’Afrique s’invite à l’espace d’art Actua, du 7 mai au 30 septembre à Casablanca, dans le cadre de l’exposition « Des gestes et des images », née d’une collaboration fructueuse et durable avec les artistes et enrichie d’œuvres inédites.

Cette exposition, organisée par la Fondation Attijariwafa bank, se veut une expérience de voyage(s) au cœur du parcours de trois artistes, Saïdou Dicko (Burkina Faso), Michèle Magema (République du Congo) et Khalil Nemmaoui (Maroc), sur plus de dix ans de peinture, photographie, installations et vidéo.

Une occasion forte de mettre en relief le Génie africain, l’exposition dont la scénographie organisée autour d’ »un circuit dans le circuit », entre voyage imaginaire et déplacement réel, revient, avec une note d’espérance, sur les questions d’origine, d’altérité, d’enfance, de mémoire, en insistant sur la nouveauté des pratiques artistiques digitales qui facilitent la mobilité des œuvres.

Se voulant partenaire privilégié de la culture en Afrique, le groupe Attijariwafa bank se positionne à la fois comme acteur et mécène de la scène artistique contemporaine. Il entretient par la production, comme par le soutien à des manifestations, des relations accrues avec les artistes, en une vision croisée visant à faire du Maroc un hub de la création africaine.

Cette exposition, la deuxième en l’espace de trois mois initiée par la Fondation après celle en marge du Forum International Afrique Développement, ambitionne de donner carte blanche aux artistes parrainés par la Fondation pour mieux révéler les facettes qui font d’eux les messagers d’un génie créatif transcendant les limites.

Dans ses œuvres, Saïdou Dicko, qui a attrapé « l’envie » de l’art en observant la nature pendant qu’il gardait ses troupeaux, a appris la photo en volant l’ombre des animaux et la vidéo en autodidacte. Ses dessins animés, volontiers dépouillés, gardent avec poésie l’empreinte nostalgique de l’enfance.

Pour sa part, Michèle Magema, née à Kinshasa et lauréate de l’école nationale des Beaux-arts de Cergy (France) en 2002 et de la Sorbonne, développe ses performances filmées en un vocabulaire poétique mais aussi critique, où se mêlent métaphores, mythes et narrations, l’irruption de l’histoire dans sa sphère intime témoignant d’une œuvre engagée.

Entre ces deux artistes, Khalil Nemmaoui, natif de Beni Mellal, qui, partant d’une photographie humaniste, s’intéresse ensuite au paysage, naturel ou industriel. A travers « La maison de l’arbre » et « Equilibrium », son œuvre photographique invite à la contemplation de la nature, la plupart des œuvres étant dénuées de présence humaine.

JR—BR.
TI.

 

Dans la même catégorie