AGP Labé-Jeunesse : Des jeunes en conflit à Djonfo, Le préfet de Labé appelé en renfort AGP Boké-Société : Le président des transporteurs miniers pour la préservation de la paix GNA Let’s develop our own education models – Prof Opoku-Agyemang GNA COCOBOD to distribute 60 million hybrid seedlings to farmers GNA Foreigners cannot engage in retail business – Kyei-Mensah-Bonsu APS HUIT BASKETTEURS SÉNÉGALAIS SÉLECTIONNÉS POUR UN CAMP DE ‘’BASKETBALL WITHOUT BORDERS’’ À DAKAR APS AHMAD GAMAL, HANDICAPÉ VISUEL, STAR DE LA CAN 2019 APS CAN 2019 : ALIOU CISSÉ ET DJAMEL BELMADI SERONT FÊTÉS À CHAMPIGNY-SUR-MARNE (MEDIA) AIP Côte d’Ivoire / L’ANADER propose l’hydroponie, nouvelle pratique agricole comme solution à la pression foncière AIP Côte d’Ivoire/Affectation en 6ème : le ministère de l’Education nationale innove avec les inscriptions en ligne

Le Kenya ambitionne de porter les IDE à 10 milliards de dollars par an grâce aux stimulations des Zones économiques spéciales


  2 Mars      28        Economie (24399), Entreprises (1271),

   

Rabat, 02 mars 2017 (MAP)- Le Kenya ambitionne de porter les investissements directs étrangers (IDE) à 10 milliards de dollars par an grâce aux stimulations des Zones économiques spéciales (ZES), a souligné le ministre de l’Industrie, du Commerce et des Coopératives, Julius Korir.

« Le Kenya attirait actuellement 2 milliards de dollars de capitaux étrangers par an et grâce à l’utilisation des ZES, nous espérons porter ce chiffre à 10 milliards de dollars par an grâce aux stimulations qu’elles apporteront », a déclaré le responsable kényan, lors d’un point presse à Nairobi, en marge de l’ouverture mercredi du prix de l’Employé de l’année.

Ces zones économiques spéciales contribueront également à renforcer la compétitivité des produits fabriqués localement, a estimé M. Korir, notant que « l’une des principales raisons pour lesquelles le Kenya est un gros importateur de produits manufacturés est que les coûts de production sont élevés ».

Les Zones économiques spéciales remplaceront les Zones de traitement des exportations (ZTE), créées il y a plus de 20 ans pour promouvoir l’activité industrielle du pays, a-t-il dit, expliquant que les ZES seront une amélioration des ZTE qui devraient exporter la majeure partie de leurs produits.

Les ZES, qui seront un moteur essentiel pour attirer des investissements dans l’industrie manufacturière, le commerce, la logistique et les services, devraient attirer les investisseurs grâce à des remises fiscales et à des infrastructures de classe internationale pour ceux qui s’installent au Kenya, estime-t-on, notant que ces zones seront situées à proximité des sources de matières premières nécessaires pour les produits industriels.

Pour le ministre kényan, « les ZES auront un impact majeur sur l’économie en leur permettant de vendre sur le marché intérieur ».

La loi sur les ZES de 2015, l’un des projets phare de la Vision 2030 du Kenya dans le domaine économique, confirme aux investisseurs que le pays d’Afrique de l’est est en bonne voie pour réaliser son programme de transformation industrielle.

BI.

Dans la même catégorie