ACAP Les Forces de défense et de sécurité centrafricaines se lancent aux combats contre le coronavirus ACAP Suspension de recrutement et de reversement des assistants à l’Université de Bangui ACAP La MINUSCA soutient le gouvernement dans ses actions de lutte contre le COVID-19 ACAP Annonce d’un 10ème cas du COVID19 En Centrafrique APS CAN À 24 : DIOMANSY KAMARA INVITE LE ETATS À S’ORIENTER VERS LA CO-ORGANISATION APS COVID-19 : UN MÉDECIN-COLONEL SOULIGNE L’URGENCE D’ARRÊTER LA TRANSMISSION COMMUNAUTAIRE AGP Covid-19 : Le Gabon compte désormais 34 cas AIP Covid-19: l’Inde offre du matériel d’hygiène et des kits alimentaires d’une valeur de 40 millions AIP Inter/ Pour avoir bravé le confinement, la ministre sud-africaine de la communication suspendue AIP Les femmes du Tonkpi s’engagent pour l’élimination du Covid-19

Le Kenya sollicite un appui de 750 millions de dollars de la Banque Mondiale pour financer des programmes de croissance inclusive


  29 Mai      45        Economie (8173), Finance (426),

   

Rabat, 29/05/2019 (MAP)- Le Kenya entend solliciter un appui financier de la Banque Mondiale estimé à 750 millions de dollars destiné à financer des programmes et des politiques du gouvernement visant à créer une croissance inclusive, a affirmé le ministre kényan des finances, Henry Rotich.

«Oui, nous avons sollicité un soutien financier de la Banque mondiale », a confirmé l’argentier kényan dans un entretien accordé au journal « Daily Nation, en assurant que « le gouvernement n’est pas en faillite ».

Mais il a ajouté que le gouvernement attend toujours la décision de la Banque mondiale à sa demande, qui intervient deux semaines seulement après que le Kenya ait levé 2,1 milliards de dollars à l’issue de l’émission de son troisième eurobond.

Le Kenya, qui a multiplié les opérations de prêts, ces dernières années, a vu sa dette publique passer de 44% en 2013 à près de 56% du PIB actuellement. Ceci a d’ailleurs soulevé les inquiétudes de nombreux bailleurs de fonds, dont la Banque mondiale et aussi le FMI, qui a augmenté le risque de surendettement du pays de faible à modéré.

Malgré l’annonce par le gouvernement d’une stratégie de gestion de la dette, l’Etat a continué à emprunter sur le marché international de la dette, notamment pour financer les projets inscrits dans le cadre du programme « Big Four Agenda ».

Dans la même catégorie