AIP Anémie et infections respiratoires, causes principales de morbidité à Dimbokro (directeur CHR) AIP Les meilleurs élèves de l’IEP de Songon récompensés AIP Les joueurs de l’équipe nationale malgache élevés au rang de chevaliers AIP Le Mouvement « Tous Debout avec Mabri » mobilise à Abobo AIP Érosion côtière : Les habitants du quartier des pêcheurs de Lahou Kpanda appellent à l’aide AIP Le médiateur d’un conflit communautaire échappe de justesse à un lynchage à Bettié AIP La 11è édition du tournoi de football pour les minimes s’ouvre bientôt à Bangolo AIP Le maire de tabou soutient les AGR des femmes de la tribu Tépo sud AIP Des actions de lutte contre la Dengue annoncées dans la commune d’Abobo NAN Breaking the Barriers Against Adoption of Traditional Medicine

Le marché financier ouest-africain à la rencontre de la Bourse de Londres


  22 Avril      43        Economie (24312), Entreprises (1270), Finance (3799),

   

Conakry, 22 avril 2015 (AGP) – La Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM), la Bourse commune aux huit pays de l’Union Economique et Monétaire Ouest-africaine (UEMOA), a choisi le London Stock Exchange pour organiser, mardi, 28 avril prochain, la deuxième édition des «BRVM Investment Days», selon un communiqué de ladite Bourse.

Une rencontre de haut niveau qui se tiendra à la Bourse de Londres en Grande Bretagne en présence, notamment de la ministre ivoirienne auprès du premier ministre, chargée de l’Economie et des Finances, Nialé Kaba, va permettre de présenter le marché financier de l’UEMOA aux investisseurs internationaux, dont britanniques, a-t-on indiqué.

«Après le succès des BRVM Investment Days à Paris en octobre 2014, il était naturel que la deuxième édition se déroule dans la capitale britannique. La Bourse de Londres, première place financière européenne, développe une coopération avec la finance africaine et constitue un relais de croissance pour la BRVM», explique, le président du Conseil d’Administration (CA) de la BRVM, Gabriel Fal.

Avec une capitalisation qui a doublé en trois ans (7 458 milliards de F CFA, soit près de 13,8 milliards de dollars au 31 décembre 2014) et une progression constante des transactions, la BRVM devient une destination privilégiée pour de nombreux investisseurs internationaux qui souhaitent diversifier leur portefeuille d’actifs et ainsi contribuer au développement des économies africaines.

«Au même titre que Johannesburg, Lagos, Casablanca, Nairobi… notre Bourse régionale incarne cette nouvelle frontière de la finance qui assure sécurité et rendement », se félicite le directeur général de la BRVM, Edoh Kossi Amenounve.

Après une année 2013 record (les deux indices BRVM 10 et BRVM Composite ont progressé de 33,85 % et de 39,28 %), l’année 2014 a consolidé cette croissance (l’indice BRVM 10 a progressé de 8,60 % et l’indice BRVM Composite de 11,23 %). Par ailleurs, avec deux nouvelles introductions (Bank of Africa Sénégal en décembre 2014 et Total Sénégal en février 2015), la BRVM compte à présent 39 sociétés cotées. La dernière introduction remontait à avril 2010 avec Bank of Africa Côte d’Ivoire.

«Et si on ajoute à cela l’entrée dans les deux indices internationaux S&P et MSCI, la BRVM est à présent sur une dynamique qui profite à tous. Les entreprises régionales se financent et les investisseurs valorisent l’épargne de la zone UEMOA. Au final, nous assistons à un développement de l’actionnariat populaire qui constitue la meilleure formule pour une appropriation de nos moteurs de croissance et de nos outils de production», analyse Edoh Kossi Amenounve.

«Pour accélérer ce processus, la BRVM doit nécessairement attirer la finance internationale à la recherche de nouvelles places émergentes ou pionnières. C’est comme cela que nous allons augmenter la profondeur et la liquidité de notre marché. Pour cela, la BRVM s’est mise au niveau des standards internationaux : notre marché est contrôlé et régulé, et en plus il offre des rendements à présent inaccessibles au Nord», explique Gabriel Fal.

Le rôle du secteur bancaire et financier dans l’accélération de la croissance africaine, l’innovation technologique et les télécommunications comme facteur de développement, la montée de la classe moyenne et l’évolution de la grande distribution, la dette souveraine ou privée face aux défis du financement des infrastructures seront les principaux thèmes abordés durant cette deuxième édition des ‘’BRVM Investment Days’’.

Les dirigeants de plusieurs sociétés cotées à la BRVM (BMCE Bank actionnaire de Bank of Africa, Ecobank, Orange actionnaire de Sonatel, Total Sénégal, Palmci, SAPH ou CFAO actionnaire de CFAO Motors Côte d’Ivoire) participent à cette deuxième édition des ‘’BRVM Investment Days’’.

Ce communiqué a été transmis à la Rédaction de l’AGP par l’Organisation de la Presse Africaine (OPA).

‘’Lancée le 16 septembre 1998, la BRVM réunit les huit pays de l’UEMOA (Bénin, Burkina Faso, Guinée-Bissau, Côte d’Ivoire, Mali, Niger, Sénégal et Togo. Elle a son siège à Abidjan (Côte d’Ivoire). Elle compte 39 sociétés cotées: les trois principales valeurs sont Sonatel, Ecobank et Solibra.

La BRVM offre également une forte activité sur le marché obligataire (privé et souverain). Depuis 1998, plus de 280 opérations ont été réalisées et ont permis de lever 3 887,1 milliards de F CFA (7,2 milliards de dollars) : 644,054 milliards de F CFA (1,2 milliard de dollars) sur des opérations de capital et 3 243,55 milliards de F CFA (6 milliards de dollars) en emprunts obligataires’’, a-t-on noté.

Dans la même catégorie