ANP Niamey : Lancement des initiatives de la BIT sur les sciences et la finance islamique ANP Bientôt un complexe commercial de l’université islamique à Niamey MAP Nigeria: six soldats tués dans une attaque de Boko Haram APS LE PM LANCE LES TRAVAUX DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES DANS LE SALOUM AIP Côte d’Ivoire: Des résultats probants enregistrés à la caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS) AIP Côte d’Ivoire: Un homme se suicide pour protester contre la conversion de sa femme au christianisme AIP Côte d’Ivoire: Les musulmans de Tiassalé invités à taire leurs querelles MAP La 2ème édition des rencontres africaines d’intelligence économique à Dakhla en juin prochain MAP Burundi: une famille de six personnes décimée par des pluies diluviennes MAP Dialogue 5+5 à Malte : M. Bourita appelle à la création d’un « G10 Méditerranée »

Le Maroc a mis en place tous les fondements pour accélérer le développement (Mme El Haite)


Envoyés spéciaux

Rabat, 03/06/2016 (MAP) – Le Maroc a mis en place tous les fondements pour accélérer son développement économique, a souligné, vendredi à Skhirat, la ministre déléguée chargée de l’Environnement, Hakima El Haite.

Le Maroc a mis en place tous les fondements pour accélérer son développement économique et profiter de sa situation à la porte de l’Afrique et de sa relation avec l’Occident, a indiqué Mme El Haite, lors d’un panel sur le thème « quel modèle de développement pour un Maroc émergent », organisé dans le cadre du colloque international sur le modèle de développement pour l’entrée du Maroc dans le concert des pays émergents, dont les travaux se sont ouverts jeudi à Skhirat.

Le Maroc peut être une locomotive pour réaliser la coopération sud-sud à travers le transfert de son savoir-faire ancestral, a-t-elle dit, notant que « nous sommes dans une phase où nous avons suffisamment de chantiers qui nous permettent d’accélérer le développement national ».

Le Royaume dispose de tous les fondements qui permettent réellement de développer ce modèle, de l’accélérer et de l’innover en vue de se faire une place dans le concert des pays émergents, a ajouté la ministre.

Pour Mme El Haite, tout modèle de développement économique doit reposer impérativement sur des piliers fondamentaux, à savoir la création de la richesse et de la valeur ajoutée, l’inclusion sociale et l’amélioration des conditions de vie des populations ainsi que la protection des ressources.

Et de relever en outre que le Maroc, à l’instar de tous les pays du monde, vit une réelle transformation de son modèle et de sa culture de développement, précisant que cette transformation est décidée par le système mondial et non pas seulement au niveau du Maroc qui « n’est pas un village isolé » selon la ministre.

Elle a en ce sens fait observer que réagissant à cette transformation mondiale, le Maroc a eu l’intelligence d’avoir anticipé sa politique dans plusieurs secteurs notamment énergétique avec la mise en place de la plus grande station solaire « Noor » à Ouarzazate.

Mme El Haite a par ailleurs déploré la non cohérence des politiques publiques, soulignant que le Maroc qui perd 2 pc du PIB, pourrait en gagner quatre en convergeant ses politiques et en les inscrivant dans la durabilité.

Organisé par l’Association des membres de l’inspection générale des finances (AMIF) en partenariat avec le ministère de l’Economie et des finances, sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, ce colloque de deux jours a pour objectifs d’ouvrir un débat scientifique et intellectuel autour de la question du modèle de développement et d’échanger les expériences dans ce domaine.

Il s’assigne également pour objectifs l’échange d’idées entre les différents acteurs politiques, économiques et sociaux, nationaux et internationaux, sur le devenir du modèle de développement marocain au regard des mutations profondes des paradigmes qui sous-tendent les différents modèles de développement dans le monde post crise.

Ce conclave, dont la séance d’ouverture a été marquée par la présence de plusieurs ministres, parlementaires et responsables d’institutions nationale et internationales, réunit plus de 600 participants, dont des personnalités politiques nationales et internationales, des experts internationaux, des opérateurs économiques, des universitaires et des acteurs de la société civile.
IT/BS—ES

Dans la même catégorie