AIP Côte d’Ivoire/JIF 2019 dans le Bounkani: D’importants dons offerts aux groupements féminins AIP Un nouveau bureau MCC chargé de l’égalité entre les genres ouvert en Côte d’Ivoire AIP Côte d’Ivoire/ Deux monuments en construction pour embellir Touba AGP Le Maroc sollicité pour la mise en place d’un Institut supérieur de formation agricole au Gabon AIP Côte d’Ivoire/ Un atelier sur le droit communautaire UEMOA à Abidjan AIP Côte d’Ivoire/ Des séances de dépistage du cancer du col de l’utérus à Yamoussoukro Inforpress Moradores de Cidadela vão pedir na justiça suspensão das actividades do posto de combustível da Enacol Inforpress Bolsa de Acesso à Cultura vai financiar mais 70 escolas e associações a nível nacional Inforpress Porto Novo: Rede de água contempla centena de famílias em Lombo Figueira, Ribeirão Fundo e Água das Caldeiras AIP La Première dame de Côte d’Ivoire appelle à l’accélération des réformes pour le développement du secteur privé et la promotion de l’entrepreneuriat féminin

Le Maroc croit en le potentiel de l’augmentation des échanges en Afrique (Benchaâboun)


  26 Mars      15        Economie (23313),

   

.-Des envoyés spéciaux-.

Marrakech, 26/03/2019 (MAP) – Le Maroc croit en le potentiel de l’augmentation des échanges sur le continent africain et en co-développement dans divers secteurs, a souligné, lundi soir à Marrakech, le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Benchaâboun.

« Nous avons déjà mené avec plusieurs pays africains des opérations d’envergure dans les domaines des services, notamment financiers (banques et assurances), ainsi qu’en télécommunications et travaux publics », a dit M. Benchaâboun lors d’un point de presse, tenu à l’issue de la première journée des sessions ministérielles de la 52è conférence des ministres africains des Finances, de la planification et du développement économique (COM2019) de la Commission économique pour l’Afrique (CEA).

Il a, dans ce sens, relevé que la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) « nous offrira une opportunité pour accélérer ce qui a été fait avec chaque pays et ouvrira tout un continent aux échanges dans tous les sens et au co-développement ce qui va permettre de porter la croissance à un niveau plus élevé pour les pays concernés ».

M. Benchaâboun a, en outre, fait savoir que la COM2019 constitue l’occasion d’examiner et de mettre en relief toutes les opportunités qu’offre la digitalisation, l’utilisation des nouvelles technologies pour promouvoir l’économie africaine.

De son côté, la secrétaire exécutive de la CEA, Vera Songwea, fait savoir que cette première journée des sessions ministérielles a été entamée par des discussions sur les objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030 et l’Agenda 2063 de l’Union africain.

Elle a précisé que l’atteindre des ODD 2030 requiert des fonds de 680 milliards de dollars, indiquant que les débats ont fait ressortir que l’amélioration de la fiscalité, à travers l’élargissement de l’assiette, pourrait générer jusqu’à 480 milliards de dollars.

Après avoir noté que l’inclusion financière reste un défi pour nombre de pays du continent, Mme Songwea a mis l’accent sur le contrat social avec le secteur privé qui se dit prêt à contribuer pour atteindre les ODD.

La COM2019, qui se tient du 20 au 26 mars sous le thème « la politique budgétaire, le commerce et le secteur privé à l’ère du numérique: Une stratégie pour l’Afrique », met l’accent sur les apports du numérique, aussi bien au développement des échanges économiques en Afrique que sur le plan du renforcement des politiques budgétaires nationales et ainsi que sur l’amélioration de la collecte des recettes fiscales.

Dans la même catégorie