GNA Professor Alabi calls for more investment in higher education GNA Bedzrah: We want a solid Volta Region NDC for 2020 GNA Pension scheme must be improved – Agyemang MAP L’African Energy Forum en juin à Copenhague GNA GTUC signs academic co-operation with Liberian second largest university MAP Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI – Afrique) GNA Ghana Medical Association launches five -year Strategic Plan MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines GNA Gambian President thanks President Akufo-Addo for defending country’s democracy GNA Trade liberalisation critical for West Africa’s development- President

« Le Maroc, Hub régional : Stratégies des échanges Sud-Sud », un ouvrage de HEM qui analyse les ressorts des stratégies d’internationalisation des entreprises marocaines en Afrique


  14 Mars      17        Economie (12023), Entreprises (897),

   

Rabat, 14/03/2017 (MAP), L’ouvrage « Le Maroc, Hub régional : Stratégies des échanges Sud-Sud », deuxième opus d’une collection « d’études de cas d’entreprises au Sud » du CESEM, centre de recherche de HEM, analyse les ressorts des stratégies d’internationalisation des entreprises marocaines en Afrique.

Publié aux Editions management et société (EMS) et coordonné par Caroline Minialai avec les contributions d’Aziz Bahoussa, Yasmine Benamour, Adib Bensalem, Amira Benyadine, Martine Boutary, Noémie Dominguez, Manal El Abboubi, Mohamed Nabil El Mabrouki, Mohamed Adil El Ouazzani, Driss Ksikes, Catherine Mercier-Suissa, Marie-Christine Monnoyer, Karim Saïd, Hammad Sqalli, Kenza Sefrioui et Bachir Znagui, cet ouvrage de 168 pages (format moyen) est composé de quatre chapitres, traitant respectivement des « Stratégies internationales : Innovation ou reproduction ? », « Management international : S’adapter en permanence », « Stratégie marketing : Approches du lointain » et de la « Responsabilité sociétale des entreprises et Gouvernance à l’international ».

Proposant une grande variété de situations, touchant à plusieurs disciplines managériales, ce livre traite des études de cas de différentes entreprises marocaines qui ont opté pour l’internationalisation en Afrique, notamment Agro-Food Industrie, Saham, Hellofood.ma, Office Chérifien des phosphates (OCP), ainsi que l’internationalisation du groupe Attijariwafa Bank en Afrique et l’aventure subsaharienne de Hitradio.

« Enseignants, étudiants ou cadres et dirigeants d’entreprises pourront s’interroger, réagir et réfléchir aux problématiques réelles rencontrées par des PME, des très grands groupes ou même des Organisations non-gouvernementales (ONG) qui ont le continent pour terrain de jeux », lit-on sur la quatrième couverture de l’ouvrage.

Selon Karim Saïd, Maître de conférences HDR à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, ancien expert international auprès du ministère français des Affaires étrangères et du développement international, cet ouvrage permettra de livrer quelques clés sur le développement des entreprises marocaines en Afrique, contribuant ainsi à lever certaines idées reçues sur les facteurs clefs de succès de ces entreprises qui entreprennent et réussissent à l’international.

« L’analyse détaillée des défis qu’elles tentent de relever (les entreprises marocaines, NDLR), à court et moyen termes, ainsi que des multiples contraintes et opportunités auxquelles elles sont confrontées contribuera, sans aucun doute, à alimenter la réflexion, tant sur les choix de redéploiement stratégique des entreprises marocaines que sur les moyens susceptibles de renforcer leur compétitivité internationale », écrit M. Saïd dans la préface de la publication.

Il a fait savoir que l’internationalisation n’est d’ailleurs pas exclusivement réservée aux grands groupes mais également à des petites et moyennes entreprises (PME) qui ont su tirer profit des nombreux accords de libre-échange bilatéraux et multilatéraux pour accéder à des marchés régionaux et internationaux.

La consolidation des parts de marché à l’international des entreprises marocaines dans un environnement en profonde mutation passe de plus en plus par le redéploiement de leurs ressources et la reconfiguration de leurs chaînes de valeur dans un espace géographique étendu, estime M. Saïd.

Cela nécessite également une réorientation des stratégies d’investissement sur des activités à forte valeur ajoutée reposant sur une main-d’œuvre qualifiée, à même d’exploiter les opportunités de marchés offertes, ajoute-t-il.

Par ailleurs, M. Saïd a indiqué que le développement des secteurs électrique et électronique à l’international a permis au Maroc de se positionner sur des segments à plus forte valeur ajoutée et intensité technologique, notant que pour rattraper son retard par rapport aux pays émergents plus avancés, il faudra dans les années à venir que le Maroc accélère le rythme de diversification de son tissu productif et augmente par là même le nombre de nouveaux produits exportés.

Le CESEM, centre de recherche de HEM Business School – Maroc, place les études de cas au cœur de ses projets de recherche et confirme son investissement au travers de cette collection dédiée aux entreprises du Sud (Afriques, Moyen-orient, etc).

EXP.

 

Dans la même catégorie


[sam id="2" name="pub pight 1" codes="true"]