ANGOP Covid-19: Angola regista 227 novas infecções e 117 recuperados INFORPRESS La CPLP et le ministère de l’éducation de Cabo Verde tiennent une conférence internationale en format virtuel AIP COVID-19: Remise de dons aux retraités de la Bagoué AIP Le Fonds image de la Francophonie soutient 22 films et séries GNA Shama to be the business hub of Western Region – Assemblyman Inforpress Agriculture/Fogo: La chenille de maïs et les criquets envahissent la culture du maïs et il y a des zones sans espoir à Santa Catarina Inforpress COVID-19: BCV Supervision Coordinator states it is possible to make savings in the country’s current situation APS DÉMARRAGE DE LA SÉANCE PLÉNIÈRE CONSACRÉE À L’ADOPTION DU PROJET DE LOI PORTANT CRÉATION DU FERA APS UNE SOCIÉTÉ CIVILE « PLUS CONSCIENTE DE SON RÔLE » DANS LE DISPOSITIF DE DIALOGUE DU SECTEUR ÉDUCATIF (COSYDEP) APS UN SITE PRÉVU À DIAMNIADIO POUR LA VISITE TECHNIQUE ET L’IMMATRICULATION DES VÉHICULES

Le ministre Ally Coulibaly prie la CADHP de ne plus s’immiscer dans les affaires de la Côte d’Ivoire


  15 Octobre      10        Politique (12287),

   

Abidjan, 15 oct 2020 (AIP)- Le ministre des Affaires étrangères, Ally Coulibaly, a prié la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP), de ne plus s’immiscer dans les affaires juridiques ou pénales de la Côte d’Ivoire.

« C’est le lieu d’ouvrir une parenthèse en direction de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples. Depuis avril dernier, la Côte d’Ivoire s’est retirée de son protocole et ne se sent ni de près ni de loin concernée par ses injonctions qui frisent l’acharnement pour ne pas dire plus. Nous la prions, avec la courtoisie qui sied, d’avoir la décence de ne plus s’immiscer dans nos affaires juridiques ou pénales, comme elle a tendance à le faire ex abrupto », a-t-il indiqué.

« On lui demande juste de respecter ses propres règles qu’elle s’échine à imposer à un pays souverain », a ajouté le chef de la diplomatie ivoirienne.

Selon M. Coulibaly, le retrait de la déclaration de compétence étant un acte de souveraineté. Il est donc logique que l’Etat qui retire sa déclaration de compétence sur cette base n’exécute plus les décisions de cette juridiction, a-t-il souligné.

Ally Coulibaly a également précisé que le 06 décembre 2006, le Conseil constitutionnel de Côte d’Ivoire a consacré sa suprématie de la Constitution ivoirienne sur les traités internationaux. Pour lui donc, il ne revient pas à une juridiction, fut-elle régionale, de déterminer qui peut être candidat aux élections en Côte d’Ivoire.

Il s’exprimait mercredi 14 octobre 2020 à l’occasion d’une réception en l’honneur du corps diplomatique et des représentants d’institutions internationales accrédités en Côte d’Ivoire.

(AIP)

sdaf/cmas

Dans la même catégorie