GNA Vodafone Foundation donates PPE to Accra Regional Hospital GNA Koforidua Regional hospital offers free cataract surgery GNA NPP’s side constitutes the Majority in Parliament-Speaker Bagbin APS COVID-19 : SUSPENSION DES VISITES AUX DÉTENUS À PARTIR DE LUNDI APS KAOLACK : LES AUTORITÉS SANS NOUVELLES DE 33 PERSONNES POSITIVES À LA COVID-19 APS BAISSE DES INDICATEURS LIÉS AUX ACCIDENTS DE LA CIRCULATION À FATICK (SAPEURS-POMPIERS) AIP International/ Mastercard Global Outlook 2021 souligne la transition permanente vers le numérique (Rapport) AIP Un nouveau DGA au DC/BR de l’UEMOA AIP Législatives 2021: Le RHDP peine à désigner un candidat à Grabo AIP Inter/ Le SG de l’ONU nomme la Guinéenne Bintou Kéita à la tête de sa mission en RDC

LE NOUVEL ALBUM COLLABORATIF DE ALIBETA INVITE À REVISITER LES LIENS HUMAINS


  6 Décembre      21        Arts & Cultures (1384),

   

Dakar, 6 nov (APS) – Le chanteur et guitariste sénégalais Saliou Wagendum Sarr alias Alibéta vient de sortir un nouvel album sous la forme d’une production collaborative, une œuvre à travers laquelle l’artiste invite à revisiter les liens humains qui donnent sens aux communautés.

Intitulée « Ñun » (« Nous », en langue nationale wolof, cette nouvelle production de Alibéta a été présenté aux journalistes et connaisseurs lors d’une rencontre tenue samedi à Ouakam.

« Ñun est un album qui retrace ce qui nous lie, ce qui fait de nous une communauté. Ñun comme disent les wolofs, c’est nous. C’est comment revenir à ce qui nous fonde, ce qui fait l’être », a expliqué l’artiste.

Selon lui, ce nouvel album invite « à revisiter les cercles de liens qui fondent notre être » pour s’ouvrir aux autres. « Chaque personne n’est pas une unité, c’est un ensemble, car formé par plusieurs choses. Nous, c’est aussi l’autre de la même culture ou d’une autre nationalité, religion, etc. », note-t-il.

« Nous sommes les responsables de ce qui nous arrive, avant de parler des autres, parlons de nous-mêmes. On est à un moment du monde où il est important que le regard se retourne sur nous-mêmes. La responsabilité de notre situation est partagée, mais qu’elle est la nôtre ?’’, s’interroge Alibéta.

« On invite chacun à revisiter les cercles des liens. Qu’est-ce qui fait de nous un être, une communauté », reprend le musicien, insistant sur la nécessité de repenser « le cercle primordial de soi-même, de la famille, de la communauté », l’appartenance à la nation, à un continent et au monde.

Cette deuxième production collaborative de l’artiste est composée de 14 morceaux aux influences panafricaines inspirées par les voyages et la vie urbaine.

Selon l’artiste, elle est sous-tendue par une question en toile de fond : « Comment construire ou reconstruire l’unité africaine ? »

Dans un titre comme « Góor-Góorlu », Alibéta invite à refuser la fatalité et à faire des efforts au quotidien.

« Cela incombe à chacun d’entre nous, dans toutes les sphères de vie, quel que soit le contexte social, culturel, économique, politique et humanitaire », fait-il valoir.

Pour Alibéta, cet album se veut engagé, car l’artiste doit être selon lui « un tisserand », ce qui explique cette œuvre produite 100% localement, avec l’ambition de revisiter, sur le plan du style, le patrimoine oral et musical africain.

« Casa Jazz », autre titre du nouvel album, est un hommage à la Casamance, à travers ses rythmes et mélodies de la région méridionale du Sénégal. Il considère surtout ce morceau comme un hommage à sa culture de l’initiation qui façonne le type d’homme dans cette partie du Sénégal.

Dans la même catégorie