APS OUVERTURE À DIAMNIADIO DES TRAVAUX DE LA JOURNÉE NATIONALE DE LA DÉCENTRALISATION APS COVID-19 : 24 NOUVEAUX CAS DONT 7 IMPORTÉS APS LOUGA : DES KITS D’HYGIÈNE REMIS À DES PERSONNES VIVANT AVEC UN HANDICAP APS CLASSEMENT FIFA : LES LIONS RECULENT D’UNE PLACE APS PAP2A : SEYDOU GUÈYE RAPPELLE LE NÉCESSAIRE PORTAGE INSTITUTIONNEL AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La chefferie Tchagba du village Akouédo réclame le dédommagement de son site cédé à une société AIP Côte d’Ivoire – AIP / KKB : « J’ai fait le choix de la stabilité » AIP Cote d’voire –AIP/ Laurent Tchagba lance les travaux d’un château d’eau à Mankono et ses localités environnantes AIP Côte d’Ivoire –AIP/Présidentielle 2020 : Le candidat KKB propose l’intégration des notes des classes de première et de terminale au baccalauréat GNA Analyzed lithovit liquid fertilizer was dilute-Witness

LE NUMÉRIQUE AU CŒUR DE LA RÉSILIENCE DES ACTEURS DE LA CULTURE


  4 Octobre      54        Arts & Cultures (1243),

   

Dakar, 4 oct (APS) – Le numérique a joué un rôle de catalyseur des initiatives développées par les professionnels de la culture en période de pandémie de coronavirus, le secteur ayant été très éprouvé par les mesures sanitaires et sécuritaires prises par les pouvoirs publics, ont des estimé plusieurs acteurs culturels sénégalais.

Les expériences relatées lors de l’atelier pour l’élaboration d’une stratégie de relance du secteur de la culture, organisé du 30 septembre au 2 octobre, à Dakar, mettent en exergue l’importance de l’Internet dans un contexte où le web s’est imposé comme la seule alternative pour produire, diffuser et promouvoir les activités artistiques sur le plan national comme international.

Dans le secteur de la musique où la pandémie a impacté négativement toute la chaine d’activité, selon les acteurs, plusieurs initiatives basées sur les ressources du numérique ont été développées.

Le label ’’Prince art’’, par exemple, a développé un modèle de sponsoring via le numérique, qui a consisté à produire en mode virtuel l’édition 2020 de l’émission « Sen P’tit Gallé », dédiée à la découverte de jeunes talents.

Les rencontres virtuelles ou « webinaires » développées par les professionnels de la culture, manière adaptée d’échanger sans présence physique, ont contribué à maintenir le secteur en vie, et même mieux, cette astuce technologique s’étant traduite au final par un accroissement de la diffusion de contenus locaux dans les plateformes numériques sénégalais, selon Rokhaya Daba Sarr de « Africa Fête ».

« Beaucoup de rencontres virtuelles ont été organisées pendant cette pandémie, à l’époque il y avait des rencontres physiques mais les webinaires ont développé une autre façon de se rencontrer, où les coûts sont moins chers, cela nous évite les billets d’avion et les nombreux soucis », explique Mme Sarr.

Le même procédé a été aussi utilisé par les acteurs de la chaîne du livre qui ont aussi initié de nouveaux types de bibliothèques virtuelles, de même que les acteurs du patrimoine et autres muséologues.

Au Musée des civilisations noires (MCC) où près de 70 expositions et rencontres ont été annulées à cause de la Covid-19, le directeur général, le professeur Hamady Bocoum confirme que des expositions numériques ont été initiées, à travers notamment le concept « Le MCC chez vous », développé en collaboration avec la Radiodiffusion télévision sénégalaise (RTS), pour permettre aux Sénégalais de s’imprégner du contenu du musée.

Des nombreuses conférences virtuelles liées au patrimoine ont été tenues lors de cette période, souligne de son côté le directeur du patrimoine culturel Abdoul Aziz Guissé.

Des cours à distance ont été dispensés à des étudiants de l’Ecole des sables de Germaine Acogny, pour pallier les difficultés liées au confinement qui ne facilite pas la mobilité.

Les danseurs, cinéastes et autres musiciens-chanteurs ont aussi indiqué avoir profité des avantages du Net, contrairement à certains secteur comme les arts visuels dont les professionnels affirment n’avoir pas beaucoup exploité ce créneau.

Dans la même catégorie