LINA ECOWAS Gender Ministers Front For Protection To End Child Marriage AIP Côte d’Ivoire: Au total 725 centres identifiés pour le démarrage de la CMU LINA New Research Shows Health Of Ebola Survivors Improved In First Year Of Monitoring LINA Pres. Weah Hails ‘Resilience, Strength Of Will’ Of Special Olympic Athletes LINA Pres. Weah Markets Liberia’s Agriculture, Transport Potentials To UAE Investors AIP Côte d’Ivoire: Lancement d’un programme de SciencesPo Paris à destination des hauts cadres de l’administration AIP Côte d’Ivoire: Environ 3000 écoliers des IEP de Niakara et Tafiré en examen blanc APS KAOLACK : LE PADESS VA INJECTER PLUS DE 998 MILLIONS POUR LA CONSTRUCTION DE 18 INFRASTRUCTURES APS DES FEMMES TRANSFORMATRICES DE MBALLING FORMÉES AUX NORMES DE QUALITÉ ET D’HYGIÈNE APS SOHAM EL WARDINI RÉAFFIRME L’ENGAGEMENT DE LA VILLE DE DAKAR À ACCOMPAGNER LES JEUNES DES CULTURES URBAINES

Le numérique offre beaucoup plus d’avantage pour les pays africains, dixit Eric Chabert


 

Conakry, 30 juil (AGP)- l’Administrateur général délégué de la Société Fusion Numérique du Groupe Dennis ADOUM, Eric Chabert, a animé une conférence de presse, mercredi, 29 juillet 2015, à la Cité Chemin de fer dans la commune de  Kaloum à Conakry, rapporte l’AGP.

 

Cette conférence a pour objectif, d’éclairer la lanterne de l’opinion publique nationale sur l’évolution du processus de la migration de l’analogique vers le numérique en République Guinée.

 

Dans son introduction, Eric Chabert a indiqué que ce processus a été officiellement lancé le 17 juin dernier, en Guinée. La gestion du passage de l’analogique vers le numérique est confiée à la société Fusion Numérique, branche de la multinationale «Groupe Dennis ADOUM’’, pour un coût qui s’élève à 80 millions de dollars américains, entièrement financé par le groupe.

 

Au cours de cette rencontre avec la presse, le conférencier a donné des explications sur l’importance de la migration par rapport à la qualité de l’image pour les citoyens d’une part, et économique pour la Guinée par la libération de maximum de fréquences qui permettront à l’Etat guinéen, de récolter un maximum de dividendes numériques pouvant être vendues  aux sociétés de téléphonies.

 

Il a ensuite rappelé, que c’est en 2006 que l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), en collaboration avec les Etats du monde entier, a décidé du passage de l’analogique vers le numérique, fixant la date du 17 juin 2015 comme date butoir pour la fin du processus dans les pays africains.

 

Aujourd’hui, beaucoup de pays africains n’ont pas pu respecter ce rendez-vous dont les causes se situent dans plusieurs ordres selon les pays, et le fondamental est financier.

 

Pour le cas particulier de la Guinée, malgré l’apparition de l’épidémie d’Ebola, elle est aujourd’hui très avancée dans ce processus, a précisé Eric Chabert.

 

«Nous sommes dans une phase pilote test pour le moment à Conakry. Et l’ensemble de la Basse Guinée sera aussi couverte d’ici fin septembre, début octobre», a-t-elle.

 

Poursuivant cette allocution, M. Chabert a dit que son groupe est en discussion très avancée avec l’Etat guinéen pour voir les possibilités de pouvoir couvrir l’ensemble du territoire national, tout en insistant que la Guinée réussira ce vaste chantier grâce à l’expertise des techniciens de Fusion Numérique en collaboration avec les guinéens.

 

Abordant les questions liées aux avantages de cette migration, à part la bonne qualité des images et du son, désormais des bandes et fréquences seront libérées favorisant ainsi la récolte d’un maximum de dividendes numériques qui pourront être vendus par l’Etat aux sociétés de téléphonie.

 

Les essais sur place, faits par le conférencier, ont permis à l’assistance  d’apprécier la qualité et la différence entre les deux images (analogique et numérique) nonobstant que les décodeurs conçus à cet effet permettent non seulement de brancher les téléviseurs, mais aussi d’adapter à l’utilisation des clés USB, et même faire des enregistrements des émissions de son choix.

Il a enfin informé, que les  décodeurs du numérique disposent gratuitement cinq chaînes de télévision, dont les deux Radiodiffusions Télévisions Guinéennes (RTG), France 24 version française et anglaise, TV5 et la Radio RFI.

         AKT/KS/ST

Dans la même catégorie