AIP Côte d’Ivoire/ La construction de la quatrième école primaire de Bobi (Séguéla) bientôt achevée AIP Côte d’Ivoire/ La CIE offre des vivres et non vivres à un orphelinat de Bouaké AIP Côte d’Ivoire/ Un prêtre tué dans un braquage sur l’axe Abengourou-Agnibilékrou MAP Les provinces du Sud du Maroc connaissent un développement exponentiel (directeur de think tank vietnamien) AIB Simon Compaoré conseille Sidwaya de fidéliser son lectorat AIB Location d’un bâtiment à 4 millions FCFA pour son ministère : Simon Compaoré dément à nouveau AIP Côte d’Ivoire/ La Drenetfp de Korhogo à l’heure de examens blancs régionaux AIP Côte d’Ivoire/ Deux quartiers de Tiassalé bientôt connectés au réseau électrique AIP Interview/ Jean-Marie Somet (DG de Côte d’Ivoire Tourisme) : «Le SITA, la Côte d’Ivoire y gagne énormément » ANP Huit (8) personnes tuées par des bandits armés dans trois villages de la Région de Tillabéry (Presse)

Le PAM apporte une assistance en vivres aux déplacés de Paoua


  12 Janvier      21        Photos (17469), Société (37520),

   

Bangui 12 jan 2018 -(ACAP) – Des sacs de riz et des bidons d’huile ont été distribués aux déplacés internes de la ville de Paoua (499 km de Bangui) par le Programme Alimentaire Mondiale (PAM), selon des témoignages obtenus par l’ACAP, vendredi 12 janvier 2018, à Bangui.

Cinq sites sont concernés par cette distribution de vivres, puisés sur-place dans les stocks du PAM.

Le PAM a été obligé d’ouvrir ses réserves à cause de la situation humanitaire catastrophique, a signalé Alfred Mbaïgoto, un des déplacés.

Depuis fin décembre dernier, les habitants des villages de la sous-préfecture de Paoua sont exposés aux violences des groupes armés, dont Révolution et Justice (RJ) de l’aile Raymond Mopoyang-Bélanga, assassiné courant novembre 2017.

Les affrontements entre les groupes armés rivaux que sont Révolution et Justice, Mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC), Retour, Réclamation, Réhabilitation (3R) et les ex-Séléka sont la cause des tueries, incendies de villages entiers et surtout d’importants mouvements de population vers le centre de la ville de Paoua, où certains déplacés sont accueillis chez l’habitant.

Le député Lucien Mbaigoto a parlé de 2000 maisons brûlées dans les communes de Bah-Bessar et Mia-Pendé, et bien d’autres, où les activités scolaires, sanitaires, commerciales, sont interrompues. L’assistance humanitaire se fait de plus en plus rare.

Si le calme se fait sentir dans la ville de Paoua, d’après un communiqué de la MINUSCA, faisant état de patrouilles des casques bleus, cette situation n’a pas empêché l’afflux permanent des villageois vers le centre de Paoua, où l’on compte officiellement 58 000 déplacés.

Dans la même catégorie