APS COUPE DU MONDE EN CHINE : LE SÉNÉGAL QUALIFIÉ APS A SAKKAL, LE VÉCU D’UN ÉDILE DE 81 ANS POUR LA RÉÉLECTION DU PRÉSIDENT SORTANT ACAP Le CNLS entame les préparatifs de la journée du partenariat national « zéro discrimination liée au VIH en RCA » APS L’IMAM DES HLM SHELTER AUX JEUNES : « CHÉRISSEZ VOTRE PAYS PLUS QUE TOUT » MAP Le Niger se félicite de la contribution du Maroc à l’organisation du Sommet de l’UA à Niamey GNA GSA, CID closes down illegal gas cylinder plant GNA Agronomist advocates irrigation farming to supplement rain-fed agriculture GNA Banker, businessman granted GHC650,000 bail for stealing and abetment APS SEYDOU DIOUF : ‘’LA MARCHE D’UN PAYS NÉCESSITE UNE PERMANENCE DANS L’ACTION’’ MAP La MAP et la FAAPA font don d’équipements techniques à l’Agence congolaise d’information

Le Parlement tunisien vote une loi contre le racisme, une première en Tunisie


  10 Octobre      65        Société (46945),

   

Tunis, 10/10/2018 -(MAP)- Le Parlement tunisien a voté, mardi soir, une loi criminalisant les propos racistes, l’incitation à la haine et les discriminations, une première en Tunisie réclamée par des ONG depuis longtemps.

La Loi votée à l’issue de longs débats par 125 voix pour, une contre et cinq abstentions, est le premier texte dans la loi tunisienne à rendre criminels les actes racistes. Il était réclamé de longue date par les association de défense des minorités.

« L’incitation à la haine », les « menaces racistes », la « diffusion » et « l’apologie du racisme », ainsi que la « création » ou la « participation à une organisation soutenant de façon claire et répétitive les discriminations » sont passibles de un à trois ans de prison et jusqu’à 3.000 dinars (1.000 euros) d’amende, selon ce texte qui précise que l’amende peut monter à 15.000 dinars (environ 5.000 euros) pour les personnes morales.

Commentant cette nouvelle loi, le président du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), Messaoud Romdhani, a indiqué que « c’est un tournant très important dans l’histoire de la Tunisie, équivalent à l’abolition de l’esclavage ».

Il a de même souligné que « c’est un pas de géant, mais il reste beaucoup à faire pour concrétiser cette loi dans une société où il y a du racisme envers les 10% de Tunisiens noirs et les Africains subsahariens, qui souffrent d’insultes et d’attaques parfois violentes ».

Pour sa part, l’Association tunisienne de soutien aux minorités (ATSM) a estimé qu' »il s’agit d’un moment historique pour la Tunisie ».

HR.

Dans la même catégorie