ABP Gouvernance : Les horaires de travail passent désormais de 7 heures à 20 heures à l’Etat civil de la mairie de Djougou dès ce lundi ABP MEDIAS : Le 20ème anniversaire de la radio Solidarité Fm de Djougou célébré avec faste ABP MEDIAS : Les maires de Djougou et de Copargo offrent du matériel technique à la radio solidarité Fm de Djougou GNA Boxing promoter slams referee Bertin GNA  »Super Body » National Championship slated for November 16 APS Sadio Mane incertain pour la rencontre de mardi face au Soudan (médias) APS Diamniado : Macky Sall inaugure un centre de formation dédié à la mécanique et aux engins motorisés GNA Akwapims hail Bgbin’s brilliant speech at Odwira festival GNA Driver alleged to defiling three year old, granted bail GNA Father jailed 10 years for impregnating daughter

Le Parlement tunisien vote une loi contre le racisme, une première en Tunisie


  10 Octobre      42        Société (43507),

   

Tunis, 10/10/2018 -(MAP)- Le Parlement tunisien a voté, mardi soir, une loi criminalisant les propos racistes, l’incitation à la haine et les discriminations, une première en Tunisie réclamée par des ONG depuis longtemps.

La Loi votée à l’issue de longs débats par 125 voix pour, une contre et cinq abstentions, est le premier texte dans la loi tunisienne à rendre criminels les actes racistes. Il était réclamé de longue date par les association de défense des minorités.

« L’incitation à la haine », les « menaces racistes », la « diffusion » et « l’apologie du racisme », ainsi que la « création » ou la « participation à une organisation soutenant de façon claire et répétitive les discriminations » sont passibles de un à trois ans de prison et jusqu’à 3.000 dinars (1.000 euros) d’amende, selon ce texte qui précise que l’amende peut monter à 15.000 dinars (environ 5.000 euros) pour les personnes morales.

Commentant cette nouvelle loi, le président du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), Messaoud Romdhani, a indiqué que « c’est un tournant très important dans l’histoire de la Tunisie, équivalent à l’abolition de l’esclavage ».

Il a de même souligné que « c’est un pas de géant, mais il reste beaucoup à faire pour concrétiser cette loi dans une société où il y a du racisme envers les 10% de Tunisiens noirs et les Africains subsahariens, qui souffrent d’insultes et d’attaques parfois violentes ».

Pour sa part, l’Association tunisienne de soutien aux minorités (ATSM) a estimé qu' »il s’agit d’un moment historique pour la Tunisie ».

HR.

Dans la même catégorie