AGP Des bulldozers attendus dans les zones inondables MAP SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan préside à Kénitra la cérémonie de sortie de la 19è promotion du Cours supérieur de défense et de la 53è promotion du Cours État-Major MAP Honoris United Universities accompagne 54 jeunes femmes entrepreneures du continent africain AGP Bientôt une usine d’assemblage et de montage de tablettes AGP Kankan-Education :1680 candidats à l’examen de sortie des écoles professionnelles session 2019. AGP Assemblée nationale : Adoption du projet de loi relatif à l’usage des armes par la gendarmerie nationale. ANP Journée mondiale contre la drogue 2019 : destruction d’importants stocks des stupéfiants Konni ANP Le Niger veut réduire le taux de prévalence basée sur le genre de 28,4% à 15,4% d’ici 2021 ANG Dois golos em três minutos dão triunfo aos Camarões contra a Guiné-Bissau na abertura do grupo F ANG Bissau acolhe ateliê sobre redução de capturas de tartarugas e aves marinhas na Sub-Região

Le Parlement tunisien vote une loi contre le racisme, une première en Tunisie


  10 Octobre      78        Société (50181),

   

Tunis, 10/10/2018 -(MAP)- Le Parlement tunisien a voté, mardi soir, une loi criminalisant les propos racistes, l’incitation à la haine et les discriminations, une première en Tunisie réclamée par des ONG depuis longtemps.

La Loi votée à l’issue de longs débats par 125 voix pour, une contre et cinq abstentions, est le premier texte dans la loi tunisienne à rendre criminels les actes racistes. Il était réclamé de longue date par les association de défense des minorités.

« L’incitation à la haine », les « menaces racistes », la « diffusion » et « l’apologie du racisme », ainsi que la « création » ou la « participation à une organisation soutenant de façon claire et répétitive les discriminations » sont passibles de un à trois ans de prison et jusqu’à 3.000 dinars (1.000 euros) d’amende, selon ce texte qui précise que l’amende peut monter à 15.000 dinars (environ 5.000 euros) pour les personnes morales.

Commentant cette nouvelle loi, le président du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), Messaoud Romdhani, a indiqué que « c’est un tournant très important dans l’histoire de la Tunisie, équivalent à l’abolition de l’esclavage ».

Il a de même souligné que « c’est un pas de géant, mais il reste beaucoup à faire pour concrétiser cette loi dans une société où il y a du racisme envers les 10% de Tunisiens noirs et les Africains subsahariens, qui souffrent d’insultes et d’attaques parfois violentes ».

Pour sa part, l’Association tunisienne de soutien aux minorités (ATSM) a estimé qu' »il s’agit d’un moment historique pour la Tunisie ».

HR.

Dans la même catégorie