AIP Côte d’Ivoire-AIP/Inter/ Présidentielle, sénatoriales et législatives en République dominicaine APS COVID-19 : 128 nouveaux cas, 157 guérisons et 4 décès recensés dimanche AGP Gabon/Covid-19: La Sobraga à la rescousse des Administrations et Forces de sécurité et de défense à Mouila AIP Côte d’Ivoire-AIP/ COVID-19 : Seule la pratique des sports individuels est autorisée à ce jour (Police nationale) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Des masseurs et kinésithérapeutes initient une opération de don de sang AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Michel Noufé salue le retour d’Amadou Gon Coulibaly GNA The Constitution guarantees citizen’s right to register-Minister GNA DFID lauds CDD Ghana GNA Akufo-Addo deserves another four-year term -‘Dormaamanhemaa’     GNA Ghana records over 20,000 COVID-19 cases

Le partage de satellite peut développer l’Afrique


  14 Janvier      10        Monde (310),

   

Luanda, 14 janvier (ANGOP) – La mise en place d’une structure de partage de systèmes de satellites dans les pays de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) pourrait permettre le développement durable du continent africain, a déclaré le secrétaire d’État aux Télécommunications, Mário Oliveira.

L’Afrique du Sud est le seul pays de la région à disposer d’un satellite, tandis que l’Angola travaille à la construction de l’Angosat-2 suite à l’échec d’Angosat-1, lancé le 26 décembre 2017.

L’Angosat-2 est déjà construit à 50% et pourrait être lancé en orbite d’ici 2022.

S’exprimant à l’ouverture de l’atelier de formation sur les applications des satellites de l’Union internationale des télécommunications (UIT) et de structure de partage des systèmes de satellites de la SADC, l’ingénieur a déclaré que l’initiative permettrait aux gens d’accéder rapidement aux informations.

Le programme spatial angolais met en évidence la construction et l’envoie en orbite du satellite national et un vaste programme de formation des cadres, ayant déjà formé 60 spécialistes des sciences spatiales, tandis que d’autres sont en formation à l’étranger, a-t-il expliqué.

Selon le responsable, la formation des techniciens des sciences spatiales devrait être étendue à d’autres pays de la région, au bénéfice du système de santé, de l’enseignement agricole et de l’industrie spatiale de ces pays.

La rencontre vise à informer les pays membres de la SADC sur les outils de communication par satellite, qui seront fournis par l’UIT pour garantir les intérêts de la région.

Outre l’Angola, qui accueille cette troisième formation, l’atelier s’est déjà tenu en Afrique du Sud et au Zimbabwe.

Dans la même catégorie