MAP M. Bourita à Bamako porteur d’un message d’encouragement, d’amitié et de solidarité APS UN PROJET D’ASSISTANCE SOUS FORME DE TRANSFERTS MONÉTAIRES CIBLE PLUS DE 145.000 PERSONNES DANS 12 DÉPARTEMENTS APS MACKY SALL : « LE TER VA DÉMARRER DANS LES PROCHAINS MOIS » AIP Côte d’Ivoire –AIP / Le journal  » l’Inter  » rafle le prix du meilleur organe de presse de la CAIDP ANP Des journalistes ouest-africains en formation sur la lutte contre les crimes économiques et financiers ANP Rencontre des Cadres de la Communication : Les participants recommandent un rehaussement des subventions allouées au secteur APS LE PRÉSIDENT SALL PRESSE LE GOUVERNEMENT D’ACCÉLÉRER LES RÉFORMES DANS PLUSIEURS SECTEURS APS AGROÉCOLOGIE : DES ORGANISATIONS PAYSANNES ET DE LA SOCIÉTÉ CIVILE PEAUFINENT LEUR CONTRIBUTION À LA POLITIQUE AGRICOLE NATIONALE APS MAGAL 2020 : SONATEL RENFORCE SA PRÉSENCE APS VERS UN ALLÉGEMENT FISCAL POUR LA PRESSE ET LE TOURISME SUR LA PÉRIODE 2020-2021

Le préfet de Séguéla s’insurge contre les incessantes querelles de chefferie


  14 Septembre      4        Politique (11464),

   

Séguéla, 14 sept 2020 (AIP) – Le préfet de la région du Worodougou, préfet du département de Séguéla, Diarrassouba Karim, a marqué le dimanche 13 septembre 2020, sa désapprobation des innombrables et interminables querelles de chefferie dans plusieurs villages et cantons de sa circonscription administrative, appelant les populations autochtones à se référer à la tradition pour y mettre fin.

« Le problème de chefferie est d’abord un problème qui doit se régler de façon traditionnelle. La solution se trouve dans les us et coutumes », a déclaré le préfet, lors de l’intronisation du chef du canton ‘’Djor’ha’’, Métola Traoré.

L’administrateur civil a dit toute son amertume face aux sollicitations de certaines populations pour départager des personnes revendiquant la chefferie dans des localités du département.

A Séguéla, chef-lieu de la région du Worodougou, les conflits liés à la chefferie sont récurrents et se soldent souvent par des affrontements sanglants.

« On ne devient pas chef de village ou chef de canton par accident ou par défaut. Qui, mieux que vous, connait la tradition qui est là. Il faut se référer à elle et l’appliquer », a suggéré Diarrassouba Karim. Il a félicité les populations du canton ‘’Djor’ha’’ pour la désignation de leur chef dans le strict respect des us et coutumes. Ce, sans aucune contestation.

Cette cérémonie a vu la participation du directoire régional de la Chambre nationale des rois et chefs traditionnels représenté par le chef du village de Séguéla, Diomandé Nama.

Dans la même catégorie