MAP L’engagement du Maroc en matière de coopération Sud-Sud est guidé par une Vision Royale clairvoyante plaçant l’élément humain au cœur des préoccupations APS UN LYCÉE À GÉNÉRATION FOOT POUR MIEUX METTRE EN EXERGUE ’’LA DIMENSION ÉDUCATIVE DU SPORT’’ ACP Une délégation de l’U.E reçue par le Président Félix-Antoine Tshisekedi APS MODERNISATION TITRES DE TRANSPORTS : LES PREMIÈRES CARTES GRISES NUMÉRISÉES REMISES À LEURS DÉTENTEURS APS PARIS : UNE SCULPTURE DE BRONZE EN HOMMAGE AU SCULPTEUR OUSMANE SOW APS FEMMES ET SCIENCE : LES DOCTORANTES SÉNÉGALAISES INVITÉES À PARTICIPER AU PROGRAMME L’ORÉAL/UNESCO AIB Burkina : naissance d’un parti pro-Kaboré AIB Burkina : une organisation de la société civile accuse le pouvoir de vouloir sa liquidation AIB Bertrand Traoré incertain, 3 autres joueurs forfaits contre la Mauritanie APS PLAIDOYER POUR UNE RÉFORME DU SECTEUR DE L’HYDRAULIQUE

Le préfet de Sikensi déterminé à régler définitivement les crises de chefferie traditionnelle


  11 Janvier      11        Photos (20680), Société (47714),

   

Abidjan, 11 jan (AIP)- Le Préfet du département de Sikensi, Aka Sonoh Julie, a exprimé, jeudi, de vive voix, son engagement à régler définitivement les crises récurrentes de la chefferie traditionnelle dans sa circonscription administrative.

Elle s’est prononcée avec fermeté  sur ce sujet brûlant de la vie de la localité, à l’endroit des nombreux administrés venus lui présenter les vœux du nouvel an dans la cour de la préfecture de Sikensi.

Pour mettre un terme au « désordre » qui mine le secteur, Aka Julie entend faire respecter les us et coutumes de la société traditionnelle, mais surtout rétablir la légalité, en appliquant la loi No2014-428 du 14 juillet 2014 portant statut des rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire.

« Je peux vous assurer  que toutes les situations ambiguës seront traitées pour mettre fin à la cacophonie.  Pour un village,  il faut un chef de village. Mon souhait,  c’est de stabiliser et de protéger nos institutions traditionnelles et les personnes qui les incarnent », a martelé l’autorité administrative en poste à Sikensi depuis quatre mois.

Le député de Sikensi-Gomon, Aboh Kouamé Faustin avait auparavant,  dans son intervention, plaidé auprès du préfet pour une résolution « équilibrée »  des litiges à l’abri de toute tension.

Plusieurs villages de Sikensi, notamment ceux de la commune, ont été secoués l’année dernière par des conflits liés à la chefferie, ayant provoqué  des blessés, des dégâts matériels et des cas de déplacements de personnes.

km/fmo

Dans la même catégorie