GNA USA, Saudi Arabia, Kuwait, Russia refuse to « welcome » Climate report GNA Ghana’s COP24 delegates engage in negotiations on adaption and mitigation GNA Earth tremor confirmed in parts of Accra MAP Affaire d’enlèvement d’une humanitaire italienne au Kenya: Un officier de la police judiciaire et un haut responsable du KWS parmi les suspects MAP Nigeria: deux soldats tués dans l’attaque d’une base militaire dans le nord du pays MAP Sénégal : le Programme triennal d’investissements mobilise près de 10 milliards euros ACP Le professeur Mwilanya présente les salutations du Chef de l’Etat à la population du Sud-Kivu ACP Le ministre de la Communication et des médias appelle la population de Lodja au patriotisme ACP Début de déploiement des observateurs électoraux de la SADC en RDC GNA 61 year old American wins Women’s 5K Run

Le préfet Eliassou Biao Aïnin entame sa tournée statutaire annuelle par la commune de Djougou


  7 Décembre      9        Politique (20603),

   

Porto-Novo, 7 Déc.2018 (ABP) – Accompagné des membres de la conférence administrative départementale (CAD), le préfet de la Donga, Eliassou Biao S. Aïnin a démarré ce jeudi, sa tournée statutaire annuelle par la commune de Djougou.
Placée sous le thème ‘’Rôle des comités de transhumance ‘’, cette tournée, selon l’autorité préfectorale, est conforme au contenu de l’article 151 de la loi 97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes en République du Bénin et l’article 54 du décret N°2002-376 du 22 août 2002 portant organisation et fonctionnement de l’administration départementale. « Qu’il vous souvienne que le gouvernement a décidé qu’à compter de la campagne de transhumance 2017-2018, une partie du centre du pays et toute la région méridionale sont interdites à la transhumance », a fait savoir le préfet. Du coup, constate-t-il, la pression s’est accentuée sur la partie septentrionale et certaines communes du département des collines.
« Prenant la mesure de la situation, j’ai fait prendre les dispositions pour contenir cette pression et faire face aux nouvelles exigences qu’elle appelle », a martelé Eliassou Biao Aïnin. En dépit des mesures prises, signale-t-il, le tableau de la campagne de transhumance 2017-2018 n’a pas été reluisant dans le département.
En effet, explique-t-il, les affrontements entre agriculteurs et éleveurs peulhs dans l’arrondissement de Onklou dans la commune de Djougou, ont laissé un bilan lugubre (des morts, des blessés graves et beaucoup de dégâts matériels). « Les différends nés de la transhumance ne doivent pas compromettre notre vie ensemble, c’est pourquoi, je me suis diligemment impliqué dans le règlement de cette crise à travers plusieurs séances de réconciliation des communautés en conflit », a rappelé l’autorité préfectorale. A l’en croire, les causes des problèmes de transhumance entre éleveurs peuls et agriculteurs se rapportent essentiellement à l’absence de dialogue entre acteurs , au non-fonctionnement des comités locaux de transhumance, à la cupidité des intermédiaires parfois tapis dans le rang des conseillers communaux et des populations.
Pour remédier à cette situation, pense le préfet, il faut, dans une démarche proactive, créer des espaces de dialogues entre les organisations paysannes des agriculteurs et les éleveurs. Dans cette même dynamique, il a instruit les maires des quatre communes du département aux fins de prévoir dans leurs budgets des lignes pour faire fonctionner correctement les comités locaux de transhumance. Selon l’autorité, c’est la réactivation de ces comités qui permettra une meilleure application des textes réglementaires qui régissent la transhumance au Bénin, d’où le choix de la thématique supra-indiquée. Cette thématique qui a nourrit les échanges, fait objet de préoccupation au plan national, a-t-il laissé entendre.
Se rappelant des conflits souvent observés entres éleveurs et agriculteurs dans sa commune, le maire de Djougou, Abischaï A.Akpalla a salué l’autorité préfectorale pour le choix de cette thématique qui, pour lui permettra de résoudre un certains nombres de problèmes liés à la transhumance.
Soulignons que la tournée du préfet qui a démarré ce jeudi, va se poursuivre dans les autres communes de la Donga.

Dans la même catégorie