AIP Législatives 2021 : Le dépouillement observé dans les différents bureaux de vote à Man dès 18 h AIP Législatives 2021 : Beugré Mambé félicite la population de Songon pour sa participation au scrutin AIP Législatives 2021 : Au total 94 bureaux de votes sécurisés dans la commune de Songon AMI Colloque de réflexion sur le bilan de la présidence mauritanienne du G5 Sahel AMI CAN U 20 Mauritanie 2021 : le Ghana s’adjuge le trophée MAP Hasna Ammar, une militante infatigable pour l’autonomisation des femmes rurales à Aoufous AIP Législative 2021: Démarrage du dépouillement des votes à San-Pedro AIP Législatives 2021 : Koné Kafana se réjouit du bon déroulement du scrutin à Yopougon AIP Législatives 2021: Les bureaux de vote d’Abobo ferment leurs portes AIP Législatives 2021: Des urnes brûlées à Gomon

Le Premier Ministre Brigi Rafini participe à une réunion du Conseil de Sécurité sur le climat


  23 Février      15        Environnement/Eaux/Forêts (2580),

   

NIAMEY, 23 février (ANP) – Le Premier Ministre Brigi Rafini a participé, ce mardi 23 février par visioconférence, à une Réunion de haut niveau du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur le climat.

Cette rencontre, qui a pour thème ‘’Faire face aux risques liés au climat pour la paix internationale’’, a porté sur la responsabilité collective de prendre en compte le défi existentiel visant à un changement de paradigme.

Dans le discours qu’il a lu, le Chef de gouvernement nigérien a déclaré qu’il est aujourd’hui indéniable que « les phénomènes climatiques inversent la trajectoire de développement, à travers plusieurs régions du monde, amplifiant des crises humanitaires et sécuritaires ».

En outre, selon M. Brigi Rafini, le changement climatique « pourrait augmenter la faim et la malnutrition de 20% d’ici 2050 et accroître la pauvreté, en particulier pour les 2,5 milliards de petits producteurs, dont les moyens de subsistance dépendent du climat et de son impact sur leurs conditions de production ».

Le changement climatique et la dégradation des terres ne se limitent plus à une question d’ordre environnemental, mais s’inscrit désormais dans une vision plus large, qui lie étroitement les objectifs environnementaux aux objectifs de développement économique et social.

« Tout comme nous l’avons fait avec le Covid-19, nous nous devons de consolider le changement climatique comme une menace à la paix et à la sécurité, et cela ne doit pas être source de division »,  a indiqué le Premier ministre, qui a saisi cette occasion pour lancer un appel à l’action à travers une approche intégrée et coordonnée.

Dans le cas des efforts des Nations Unies et du Conseil de Sécurité, « un investissement accru dans les actions de prévention et d’anticipation dans les Etats fragiles pourrait limiter les conséquences humanitaires combinées du changement climatique et des conflits armés », a-t-il affirmé.

Le Premier Ministre nigérien a ensuite porté un message sur l’importance de changer la perception sur les régions les plus affectées par les risques sécuritaires liés au climat, particulièrement le Sahel.

Il a aussi rappelé que pour son opérationnalisation, la Commission climat pour la région du Sahel, « s’est dotée d’un Plan d’Investissement Climatique d’un coût global d’environ 440 milliards de dollars avec pour objectif de contribuer à l’effort planétaire d’atténuation des émissions de Gaz à Effet de Serre et d’accroître les capacités d’adaptation et de résilience des populations Sahéliennes ».

Dans la même catégorie