Inforpress MpD “convicto” de que país irá atingir meta de um milhão de turistas até 2021- deputado Inforpress Autarquia da Praia promete criar corredor exclusivo para bus e táxi ao longo do ano em curso Inforpress Santo Antão: Amupal mobiliza projectos para atenuar desemprego que afecta mulheres no Planalto Leste AIP Côte d’Ivoire/ CAN 2019 : Résultats et classement à l’issue des premiers matchs de poules AIP Côte d’Ivoire/ Le programme d’appui au développement des filières agricoles présenté aux acteurs régionaux à Korhogo AIP Côte d’Ivoire/ HEC Paris veut créer un Master entrepreneuriat à l’INPHB de Yamoussoukro Inforpress JpD formou uma geração que tem trazido soluções para Cabo Verde ao longos dos 25 anos – Euclides Silva Inforpress Ilha do Maio: Anciães extractoras de sal ponderam abandonar prática centenária APS RELIGION ET DÉVELOPPEMENT AU CENTRE D’UN COLLOQUE DE LA FKA APS RELIGION ET DÉVELOPPEMENT AU CENTRE D’UN COLLOQUE DE LA FKA

Le président de la BAD pour un impôt sur les terres agricoles en Afrique


  19 Octobre      31        Agriculture (2910), Finance (3785),

   

Rabat, 19/10/2017 (MAP) – Le président de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina, a préconisé la mise en place d’un impôt sur les terres agricoles non exploitées ou sous-exploitées, afin d’inciter à une commercialisation plus rapide des produits agricoles et de libérer tout le potentiel agricole en Afrique.

S’exprimant lors d’une session intitulée « Parier sur l’Afrique pour nourrir la planète », organisée à l’université de l’Etat de l’Iowa (USA), M. Adesina a expliqué « pourquoi, plus que jamais, le monde devait aider l’Afrique à moderniser rapidement son agriculture et à libérer tout son potentiel ».

« L’Afrique possède 65% des terres arables non exploitées de la planète. C’est donc l’agriculture africaine qui déterminera l’avenir de l’alimentation dans le monde », a précisé M. Adesina, lauréat 2017 du Prix mondial de l’alimentation.

Il a également souligné l’ampleur des défis posés par la sécurité alimentaire en Afrique où près de 300 millions de personnes sont sous-alimentées. Il s’agit aussi, a argumenté M. Adesina, « de la seule région du monde où la part de la population confrontée à l’insécurité alimentaire a progressé ».

Akinwumi Adesina a vigoureusement dénoncé le fait que l’Afrique dépense chaque année 35 milliards de dollars dans l’importation de produits alimentaires, la jugeant inacceptable.

Selon ces estimations, si la tendance actuelle se poursuit, l’Afrique devrait dépenser d’ici à 2030 près de 110 milliards de dollars dans l’importation de produits alimentaires.

« Il n’y a donc absolument aucune raison », a-t-il regretté, pour que l’Afrique soit une région importatrice de produits alimentaires.

Dans la même catégorie