APS KRÉPIN DIATTA S’ENGAGE POUR CINQ ANS AVEC L’AS MONACO APS SAINT-LOUIS : 9 MILLIARDS DE FRANCS CFA VERSÉS DANS L’ÉCONOMIE LOCALE PAR DES SOCIÉTÉS MINIÈRES (ITIE) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Africa Santé Expo 2021, du 20 au 21 mai à Abidjan AIP Point de la situation de la COVID-19 au 21/01/2021 AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Signature d’un partenariat entre le centre Jubilée de Korhogo et un organisme allemand pour la prise en charge des malades mentaux AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La mine d’or d’Ity mène plusieurs actions au bénéfice des populations de Zouan-Hounien APS LIGUE 1 : TEUNGUETH FC ET JARAAF, LES FAVORIS AU TITRE, SELON BADARA SARR MAP Bénin : 56 millions $ de l’UE pour la riposte anti-covid-19 MAP Gabon : Campagne nationale de sensibilisation sur les effets néfastes du tabagisme MAP Côte d’Ivoire : Retard de livraison des vaccins Pfizer

Le président sud-africain appelle à l’approbation de la réforme agraire en 2021


  9 Janvier      17        Economie (10831),

   

Johannesburg, 09/01/2021 -(MAP)- Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a appelé à l’approbation durant cette année du projet de la réforme agraire qui permettra à l’Afrique du Sud d’exproprier des terres agricoles sans compenser les propriétaires.

« Le Parlement sud-africain devrait approuver en 2021 un amendement à la constitution décrivant les circonstances dans lesquelles des terres peuvent être expropriées sans compensation», a déclaré Ramaphosa dans son discours à l’occasion du 109ème anniversaire de la création du parti du Congrès national africain (ANC/au pouvoir).

Le plan de réforme agraire, proposé par le président suite à son arrivée au pouvoir en février 2018 pour corriger les injustices faites aux noirs dans le passé, ne cesse de susciter les inquiétudes notamment des professionnels du secteur agricole du pays arc-en-ciel.

La Fédération sud-africaine de l’industrie agricole (AgriSA) s’était dite particulièrement préoccupée par l’appel à l’amendement de la Constitution sud-africaine pour permettre la mise en œuvre de la réforme.

Elle a souligné qu’elle ne soutiendra aucune politique ou législation qui pourraient violer les droits de la propriété ou tout autre droit fondamental consacré par la Constitution.

La mise en œuvre de ces amendements met en péril la sécurité alimentaire de tous les Sud-Africains, a martelé la Fédération qui regroupe plus de 70.000 fermiers.

Dans la même catégorie