AIP Les élèves du lycée moderne d’Agnibilékrou appelés à plus de discipline et de responsabilité INFORPRESS São Vicente: Jovem esteticista incentiva mulheres a cuidarem da saúde das suas unhas AIP Législatives 2021: Le candidat EDS de la commune envisage l’installation d’un bureau du député à Adzopé GNA Futebol/Santiago Norte: Esperança e Varandinha continuam a dividir liderança do campeonato GNA Legislativas: PP perspectiva apresentar candidaturas nos círculos eleitorais do Sal e Fogo GNA Veep and wife take jabs of Coronavirus vaccine GNA Kwahu Afram Plains North D/A donates Furniture to District Education Office AIP Législatives 2021: Cissé Bacongo conseille la vigilance dans le choix des députés à Koumassi AIP Législatives 2021: Le préfet de Tengrela appelle à une campagne sans incident INFORPRESS Mil pessoas vão ser contempladas com projecto “Midjora nha vida” da Fundação Smart City

Le Président sud-africain n’était au courant d’aucune enquête menée par la police sur sa conduite (Présidence)


  5 Février      9        Politique (15418),

   

Johannesburg, 05/02/2021 -(MAP)- Le Président sud-africain, Cyril Ramaphosa, n’était au courant d’aucune enquête menée par les Hawks, l’unité d’élite de la police sud-africaine, sur sa conduite, a indiqué vendredi la Présidence.

Le journal «Mail and Guardian» a rapporté vendredi que les Hawks enquêtaient sur un cas de fraude, de vol et de violation de la loi sur la gestion des finances publiques récemment ouvert contre le Président.

En réaction, le porte-parole de la Présidence, Tyrone Seale, a déclaré : «Le président n’a pas été alerté à ce sujet par les forces de l’ordre et a toujours dit que si les gens pensaient qu’il avait besoin de rendre des comptes, il serait heureux de présenter des preuves à la Commission d’enquête Zondo».

Selon le journal, l’enquête concerne le témoignage le mois dernier de l’ancien patron de la compagnie électrique nationale «Eskom», Brian Molefe, devant la Commission de capture d’État, au cours duquel il a blâmé Ramaphosa pour certains des problèmes financiers de l’entité publique. «Le président avait vendu Eskom et le pays pour des intérêts personnels, à travers son soutien au géant minier Glencore», a-t-il affirmé.

La société aurait tenté d’extorquer 533 millions de dollars (8 milliards de rands) au service public d’électricité après avoir acheté la mine de charbon Optimum et s’est liée à un contrat de fourniture de charbon sans diligence raisonnable.

La commission d’enquête judiciaire Zondo a été mise en place pour enquêter sur le phénomène de la « capture de l’Etat » qui renvoie aux vastes détournements de fonds publiques par des hommes d’affaires, des politiciens et des fonctionnaires durant les deux mandat de l’ancien Président Jacob Zuma (2009-2018).

Dans la même catégorie