ACP L’épidémie de virus Ebola déclarée à moindre risque de propagation au niveau international ACP Concertation à Matadi sur l’impact du barrage hydroélectrique d’Inga AIB Contexte d’insécurité au Burkina: les professionnels des médias invités à privilégier l’intérêt de la nation AIB Un gendarme et un assaillant tués dans l’attaque du poste de la gendarmerie de Barani AIB Assemblée générale des Etablissements publics de l’Etat: Quatre-vingt-deux institutions présentent leur rapport de gestion AIB SIAO 2018: Au moins 250 acheteurs et visiteurs professionnels attendus à Ouagadougou (officiel) ACP Près de 288 structures enregistrées par PAO au cours des journées portes ouvertes ACP Les adolescents ont besoin d’un encadrement dans la durée pour devenir responsables, affirme Mme Mokili ACP RDC: Hommage du vice-gouverneur du Sud-Kivu  à la journaliste Solange Lusiku ACP RDC: Sensibilisation à Mbakana des hommes et des femmes sur le processus électoral

Le privé, « force de frappe de l’économie » (PM)


  13 Février      34        Economie (20568),

   

Dakar, 13 fév 2018 (APS) – Le pari sur le secteur privé est le choix à faire par le Sénégal qui doit à ce segment de l’économie nationale sa « croissance retrouvée de 7,1% », a estimé, mardi, à Dakar, le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne.

« Le secteur privé, c’est notre force de frappe, si aujourd’hui nous avons une croissance retrouvée de 7.1 %, c’est grâce à vous », a lancé le chef du gouvernement sénégalais aux responsables du secteur privé sénégalais, l’ouverture des assises de l’entreprise du Conseil national du patronat (CNP).

Il a évoqué le partenariat découlant de cette perspective, une « option tripartite Etat- syndicat-secteur privé (qui) n’est pas un choix, c’est le choix ».

« Notre ambition, c’est de voir le secteur privé se fortifier davantage, notre économie avec elle. 2018 sera davantage tournée vers l’inclusion sociale pour un Sénégal où on produit plus de richesse avec une forte solidarité avec les moins favorisés », a ajouté Mouhammed Boun Abdallah Dionne.

Pour ce faire, a indiqué le Premier ministre,  »nous avons décidé de poursuivre les investissements structurants tout en maintenant le rythme des réformes et le renforcement de l’investissement dans le capital humain ».

Dans cette perspective, 2018, décrétée année sociale par le président de la République, « doit également être l’année de l’entreprise qui est un grand contribuable fiscal », a estimé le président du CNP, Baïdy Agne.

« Vous devez davantage nous faire confiance », a poursuivi M. Agne, avant d’évoquer « les conditions des travailleurs’ ‘et d’inviter à la réactualisation conventions selon lui « anciennes ».

« Les années à venir sont fortement électorales dans l’espace CEDEAO, un moment propice pour les syndicats d’aller en mouvement ; donc le CNP plaide pour un juste équilibre, car l’Afrique de l’Ouest a besoin de paix sociale », a lancé M. Agne.

Les assises de l’entreprise du CNP, édition 2018, enregistrent la participation de plusieurs organisations du secteur privé de l’Afrique de l’Ouest et de la Fédération des organisations patronales de l’Afrique de l’Ouest en particulier.

Dans la même catégorie