AGP Le Maroc dans les perspectives d’accueillir la CAN 2025 AGP Boké : Le premier ministre déclare que le CNRD tient à un changement dynamique au profit de population AGP N’Zérékoré-Culture : Lancement de la 3e édition du festival des arts de la forêt AGP Nzérékoré/Education : Lancement de la formation des enseignants de CE1 et CE2 en mathématique et français AGP Boké : Le premier ministre Dr Bernard Goumou Chez le doyen de la ville AGP Rabat : Le complexe sportif Mohammed VI, véritable centre d’expertise et de Savoir-faire AGP Kankan : Les religieux ne partagent pas l’avis du ministre Charles Wright au sujet de Ismaël Nanfo AGP Kankan : Le ministre Alphonse Charles Wright dresse le bilan de sa tournée à l’intérieur du pays AGP Guinée : Chaque ministre doit faire parvenir dans un délai d’une semaine, la liste de l’ensemble des travaux et projets en cours d’exécution et ceux budgétisés pour l’exercice 2023 (Colonel Matadi Doumbouya) ATOP Loi de finances 2023 : les opportunités offertes aux PME présentées aux opérateurs économiques de la centrale

Le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de médecine décède à 89 ans


  11 Février      48        Science (487), Société (41017),

   

Abidjan, 10 fev 2022 (AIP) – Le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de la paix en médecine, 89 ans, est décédé mardi 08 février 2022, dans la soirée à l’hôpital américain de Neuilly, près de Paris.

Une information confirmée par la mairie de Neuilly qui mentionne son certificat de décès, rapportent les médias occidentaux.

Ce scientifique retraité, ancien membre de l‘Institut Pasteur et du CNRS, avait été reconnu prix Nobel de médecine en 2008 pour la découverte du virus de l’immunodéficience humaine (VIH), avec la professeure Françoise Barré-Sinoussi.

Depuis la fin des années 2000, il avait multiplié les prises de position qui l’ont peu à peu marginalisé de la communauté scientifique. Le biologiste avait défendu des théories sur l’émission d’ondes électromagnétiques par l’ADN ou encore assuré que des antibiotiques pouvaient être utilisés pour traiter l’autisme.

Il avait également pris des positions contre la vaccination, estimant en 2017, sans éléments de preuve, qu’il existait avec certains vaccins, un risque « d’empoisonner petit à petit toute la population ».

Récemment, il avait tenu des propos particulièrement décriés sur le virus du COVID, qu’il accusait d’être issu d’une manipulation humaine. Il avait encore avancé que le SARS-CoV-2 contenait des « séquences du virus du Sida ».

Dans la même catégorie