MAP L’engagement du Maroc en matière de coopération Sud-Sud est guidé par une Vision Royale clairvoyante plaçant l’élément humain au cœur des préoccupations APS UN LYCÉE À GÉNÉRATION FOOT POUR MIEUX METTRE EN EXERGUE ’’LA DIMENSION ÉDUCATIVE DU SPORT’’ ACP Une délégation de l’U.E reçue par le Président Félix-Antoine Tshisekedi APS MODERNISATION TITRES DE TRANSPORTS : LES PREMIÈRES CARTES GRISES NUMÉRISÉES REMISES À LEURS DÉTENTEURS APS PARIS : UNE SCULPTURE DE BRONZE EN HOMMAGE AU SCULPTEUR OUSMANE SOW APS FEMMES ET SCIENCE : LES DOCTORANTES SÉNÉGALAISES INVITÉES À PARTICIPER AU PROGRAMME L’ORÉAL/UNESCO AIB Burkina : naissance d’un parti pro-Kaboré AIB Burkina : une organisation de la société civile accuse le pouvoir de vouloir sa liquidation AIB Bertrand Traoré incertain, 3 autres joueurs forfaits contre la Mauritanie APS PLAIDOYER POUR UNE RÉFORME DU SECTEUR DE L’HYDRAULIQUE

Le Projet de loi de finances rectificative 2018 prévoit une hausse de 99,5 milliards de F CFA


  22 Juin      34        Economie (22856), Finance (3735),

   

Libreville, 22 Juin (AGP) – Le Conseil des ministres, tenu jeudi  21 juin à Libreville, a adopté le projet de loi de finances rectificative pour l’année 2018 avec  les prévisions budgétaires estimées 20182.773,2 milliards de F CFA, contre 2.673,8 milliards de F CFA initialement prévues, soit une hausse de 3,7 % représentant un montant de 99,5 milliards de F CFA.

« Pour l’année 2018, les prévisions révisées du cadre macro-économique et budgétaire affichent-elles des opérations budgétaires et de trésorerie équilibrées en ressources et charges à 2.773,2 milliards de F CFA, contre 2.673,8 milliards de F CFA initialement prévues, soit une hausse de 3,7 % représentant un montant de 99,5 milliards de FCFA, en dépit des ajustements effectués sur les dépenses », indique le communiqué final du Conseil des ministres rendu public par  le ministre d’État gabonais en charge de la Communication et porte parole du gouvernement gabonais, Guy Bertrand Mapangou,

Dans ce communiqué, le porte-parole du gouvernement a également annoncé les modifications  que prévoit ce projet  de loi de finances avec une hausse des recettes et une baisse des  dépenses.

« Arrêtées préalablement à 1.842,6 milliards de FCFA, les recettes du budget de l’État s’établiraient à 1.948,9 milliards de F CFA, soit une augmentation de 106,3 milliards de F CFA. Les dépenses budgétaires, quant à elles, se chiffreraient à 1.981,2 milliards de F CFA, contre 2.017,7 milliards de F CFA, soit une baisse de 36,5 milliards de F CFA, traduisant les choix opérés en matière d’optimisation de la dépense et la capacité à mobiliser les ressources sur le restant de l’année », a-t-il déclaré.

Rappelons que le  projet de loi de finances rectificative pour l’année  2018 s’inscrit dans la poursuite de la mise en œuvre du Plan de Relance de l’Économie (PRE), soutenu par le Fonds Monétaire Internationale (FMI) et appliqué depuis la fin de premier semestre 2017. Ce projet prend en compte  les mesures prioritaires annoncées, par le président gabonais, Ali Bongo Ondimba dans son discours à la nation des vœux de nouvel an, le 31 Décembre 2017. De même qu’il intègre les orientations des travaux du séminaire sur la revue du PRE, ainsi que certaines actions arrêtées dans la loi de finances initiale.

« Dans ce cadre, la politique économique du Gouvernement vise principalement l’équilibre des finances publiques, la croissance économique et l’amélioration du bien-être des populations. L’atteinte de ces objectifs commande la poursuite des efforts d’optimisation des recettes, de maîtrise des dépenses publiques, l’amélioration du cadre des affaires, de renforcement de la compétitivité des filières et d’amélioration de la qualité des services aux citoyens », a conclu Guy-Bertrand Mapangou.

SN/FSS

Dans la même catégorie