AGP Le SEENA s’interroge sur l’avenir de l’éducation au Gabon AGP «Il n’y a aucun conflit entre le Gouvernement et les ordres religieux» (Ministre de l’Intérieur) AGP Gabon : Le Gouvernement allège le couvre-feu d’une heure AIP Côte d’Ivoire-AIP/ 44 nouveaux cas de COVID-19 et 57 guéris le 26 septembre 2020 AIP Côte d’Ivoire-AIP/ L’arrêt de la Cour africaine des droits de l’Homme est nul et de nul effet (Ouattara) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Visite d’Etat: Le quartier Marahoué de Bouaflé accède à l’électricité ANP Niger : Le Japon fait don de matériels de secours d’urgence aux victimes d’inondations MAP Six « volontaires » antijihadistes tués au Burkina MAP Côte d’Ivoire: les appels de l’opposition à la « désobéissance civile » n’iront nulle part (Ouattara) MAP Le Président kényan ordonne au gouvernement de moderniser et de rénover neuf stades d’ici fin décembre

« Le quinquennat présidentiel en cours d’achèvement est une faillite politique pour le Couffo », Blèdino Jonas Bessan


  16 Septembre      4        Politique (11385),

   

Porto-Novo, 16 Sept. (ABP) – A quelques mois de la fin du quinquennat du président Patrice Talon, Blèdino Jonas Bessan, juriste de formation et entrepreneur a, dans un entretien lundi avec l’ABP, qualifié le quinquennat de faillite politique pour le département du Couffo.
Pour Blèdino Jonas Bessan, la population du Couffo avant de susciter le président Patrice Talon à un second mandat, s’il est encore possible, doit d’abord faire un bilan pour mieux appréhender les faits afin de porter des jugements de valeur et des jugements critiques sur le règne Talon. A l’en croire, à la veille de la fin du mandat de ce régime, il convient fermement de pousser une curiosité objective sur les retombées politiques, économiques et sociales du régime sur le Couffo, malgré sa loyale fidélité et son attachement excessif à la Rupture. Mais cet accompagnement infaillible, poursuit-il, « a vite perdu son bon train lors de la vulgarisation du PAG où tout le département était quasi inexistant ».
Selon lui, beaucoup de choses notamment le saupoudrage observé dans le lancement du projet asphaltage, la suppression du centre universitaire implanté par le régime défunt malgré toutes les démarches entreprises au grand désarroi des populations et la promotion à compte-goutte des cadres du Couffo, confirment cet affront.
Face à cette question du bilan quinquennal, fait savoir Blèdino Jonas Bessan, « beaucoup de langues font déjà échos » et l’autoérotisme que font certains en terme de bilan pour sa part, estime-t-il, « est une politique déloyale envers les mandants ».
Toujours pour lui, il s’agit d’un mauvais jonglage politique car, précise-t-il, « chaque béninois a pleinement le droit de profiter de ce pays au nom de la prospérité partagée et c’est bien là que se trouve mon indignation ». Toute chose qui le pousse, déclare-t-il, « à affirmer haut et fort que sur les plans politique, économique et social, le bilan quinquennal pour le compte du Couffo reste humiliant malgré nos efforts politiques en termes de fidélité et d’engagement envers la rupture ».
Reconnaissant que quelques indices sont brandis et cités par certains cadres politiques du département, Blèdino Jonas Bessan trouve qu’ils sont négligeables pour être pris en compte dans un bilan sérieux puisque, explique-t-il, « un bilan, c’est du concret, c’est ce qui touche positivement la vie des populations ».
Selon l’entrepreneur, la fidélité et l’accompagnement de la population du Couffo étaient faits à crédit parce que, fait-il savoir, « nous avons une posture attentiste pour se contenter du peu ». Pour lui, il n’est pas question de se limiter au peu si le département peut bénéficier du meilleur du moment où tout le monde clame partout que le Couffo est proche du pouvoir.
En dépit de cette proximité, conclue-t-il, « l’actualité politique de l’heure montre que ceux qui pensent au développement du Couffo sont moindres ».

Dans la même catégorie