LINA Judiciary Denies Newspaper Report On Weah’s Salary Cut LINA Grand Bassa ‘Highest’ Revenue Contributor in FY 2nd Q, says LRA LINA Education Minister, Two Deputies Confirmed by Senate APS La 3e édition de la NBA Africa game à Johannesburg en hommage à Mandela MAP Côte d’Ivoire : Deux morts dans des heurts entre gendarmes et civils dans l’ouest du pays (ministère) LINA PUL Condemns Growing Hostilities Against Media At Legislature LINA Sen. Wesseh Vows To Remain ‘Strong Advocate’ for Youths LINA Pres. Weah Sets Up 9-Man C’ttee To Review Concession Agreements APS Trois mille Asp ont trouvé des « emplois durables » (DG) APS Le président de la Fifa dit être fan de Youssou Ndour

Le représentant du gouvernement japonais pour la paix et la stabilité internationale a visité des infrastructures construites par le PUDC


  13 Février      9        Politique (16412),

   

Lomé, le 13 fév. 2018 (ATOP) – Le représentant du gouvernement japonais pour la paix et la stabilité internationale, M. Okamura Yoshifumi, ancien ambassadeur du japon au Togo, en séjour dans le pays, a visité le vendredi 9 février certains projets réalisés par le Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC), avec l’appui du gouvernement et du peuple japonais.

Le diplomate japonais accompagné du ministre du Développement à la Base, Mme Sidémého Tomégah-Dogbé et de celui des Infrastructures et des Transports, Ninsao Gnofam ainsi que de la représentante–résidente du PNUD au Togo, Mme Khardiata Lô N’Diaye, s’est respectivement rendu à la Maison de la Femme à Notsè, sur la piste réhabilitée reliant Davié à Noèpé en passant par Kovié et au marché d’Attiégou. Sur ces lieux, M. Okamura a apprécié l’état d’avancement des ouvrages réalisés et a discuté avec les bénéficiaires qui ont témoigné leur satisfaction au regard de ces réalisations pour le développement de leurs activités.

Le japon est le premier partenaire engagé financièrement aux côtés du gouvernement togolais dans la mise en œuvre de son PUDC dès son lancement par le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé. Ce pays s’est alors investi sur deux volets importants de ce programme exécuté par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Il s’agit des pistes rurales pour le désenclavement des communautés, mais également des infrastructures socioéconomiques de base pour mieux combattre la pauvreté tout en favorisant l’inclusion sociale et économique.

C’est dans ce cadre que le représentant du gouvernement japonais pour la paix et la stabilité internationale, M. Okamura Yoshifumi, la ministre Victoire Tomégah-Dogbé du Développement à la Base et la représentante du PNUD, Mme Khardiata Lô N’Diaye ont effectué une tournée dans certaines localités bénéficiaires, notamment à Notsè, à Kovié et à Attiégou pour s’enquérir de l’évolution des ouvrages exécutés, et ont échangé avec les populations.

La délégation a d’abord visité la Maison de la Femme de Notsè, construite pour permettre aux femmes de la préfecture de Haho, en général et à celles de Notsè en particulier, de se retrouver régulièrement pour travailler ensemble et contribuer au développement de leur communauté. Elles suivront des formations sur les activités génératrices de revenus, sur la vie associative, de groupement, des unions et des fédérations. Cet espace leur servira aussi de cadre de réunions, de réjouissances et de rencontres.

A Notsè, les bénéficiaires ont témoigné leur reconnaissance au gouvernement et au peuple japonais pour la réalisation de cette infrastructure, et ont souligné l’importance dans leur vécu. « C’est une très grande joie pour nous populations de Notsè et surtout nous les femmes et nous tenons à l’exprimer de façon solennelle. Ces ouvrages ainsi réalisés nous permettrons de nous rencontrer pour mieux apporter notre contribution au développement au mieux-être de nos ménages et au développement économique de notre communauté. C’est fort de cela que nous exprimons aujourd’hui toute notre gratitude aux partenaires notamment au Japon et aussi au chef de l’Etat qui n’oublie jamais la préfecture de Haho », a confié Mme Emilie Sanouvie, présidente du comité de gestion de la Maison de la Femme. Elle a promis la préservation de ce joyau tout en posant des doléances relatives entre autres à la clôture, à l’électrification de la Maison de la Femme et à l’adduction de cet espace en eau potable.
La délégation s’est ensuite transportée dans la préfecture de Zio pour constater la réhabilitation de la piste Davié (RN1)-Assomé Noèpé (RN5) réalisée avec l’appui du Japon. Longue de 24 Km, cette piste qui traverse les villages Assomé, Davié et Djénéké, etc… dont les populations sont majoritairement des agriculteurs et éleveurs joue un rôle économique capital pour toute la région Maritime. En effet, outre la relance de l’économie locale et l’autonomisation des producteurs, la réhabilitation de cette piste favorisera également l’accès facile et rapide à d’autres marchés permettant ainsi aux producteurs de diversifier leurs clientèles et d’accroître leurs revenus.A en croire le président du CVD de Kovié, avant la piste, il leur était difficile d’acheminer leurs récoltes vers les marchés à cause des difficultés liées au transport. Avec la nouvelle piste, estime-t-il, nous pouvons convoyer nos produits dans plusieurs marchés environnants et voire la capitale.

Quant à Mme Cécile Avoudi agricultrice « la piste me permet aujourd’hui de vendre ma production de riz. Je n’ai plus de problèmes pour acheminer mes récoltes. Je remercie le gouvernement et le peuple du japon pour cet appui important ». Elle a souhaité aussi le bitumage de cette piste.

Après Notsè et Kovié, le diplomate nippon et sa suite ont mis le cap sur Attiégou où ils ont visité un marché de type cantonal construit pour le grand bonheur des femmes de la localité qui étaient exposées à diverses intempéries. Pour Mme Kpango Antoinette, présidente des femmes du marché d’Attiégou, cette infrastructure vient combler leurs attentes. « Nous sommes très joyeux. En voyant l’ambiance, vous comprenez que le don a été bien reçu. Nous remercions le chef de l’Etat et le Japon et prions à ce que cette relation dure afin chaque fois que nous aurions besoin d’eux, qu’ils soient à nos côtés pour nous aider », a-t-elle déclaré. Mme Kpango a sollicité la construction d’autres appâtâmes pour satisfaire davantage les besoins en places de toutes les femmes du marché.

Au terme de cette descente sur le terrain, le représentant du gouvernement japonais pour la paix et la stabilité internationale s’est dit très ému de voir que ces projets ont été très bien réalisés et surtout qu’ils sont au profit des femmes. « Je suis très heureux de voir les femmes togolaises très dynamiques et je vois que c’est une force pour l’avenir du Togo. Le japon est toujours avec le Togo. Le peuple japonais sera très heureux de répondre aux préoccupations des Togolais mais nous croyons que les Togolais eux-mêmes travailleront bien pour que le pays aille de l’avant », a confié M. Okamura qui avait aussi dans les précédentes étapes insisté sur l’entretien et la préservation des ouvrages construits.

Pour la ministre Tomégah-Dogbé, ce qui tient à cœur au chef de l’Etat, c’est la paix et la sécurité sans lesquelles on ne peut rien construire dans le pays. Selon elle, la paix, la sécurité et le développement sont étroitement liés et le développement à la base contribue à construire également cette paix. Mme Tomégah-Dogbé a remercié le PNUD pour son accompagnement dans le cadre de la mise en œuvre du PUDC et l’Agence Nationale de Développement à la Base (ANADEB) pour le rôle efficace qu’elle joue dans la construction de ces infrastructures.
Même son de cloche du côté de la représentante résidente du PNUD, Mme Khardiata Lô N’Diaye pour qui « la satisfaction des femmes qui ont accompagné de bout en bout les travaux est une très grande joie, mais surtout un encouragement car le développement, c’est l’autre nom de la paix ». « Nous voulons simplement encourager cet engagement pour le développement, pour la paix, afin que des partenaires comme le Japon continuent à nous accompagner. Mais en le faisant, ils ne font que bâtir sur l’effort des millions de jeunes et femmes du Togo qui œuvrent au quotidien pour leur propre développement », a précisé Mme Khardiata Lô N’Diaye.

Le PUDC vise à réduire les disparités spatiales et les inégalités sociales constatées dans la dynamique de l’élimination de la pauvreté au Togo, à travers des interventions ciblées identifiées par les populations elles-mêmes, et qui viennent en complément de celles menées dans le cadre des politiques sectorielles régulières. L’appui du japon dans le cadre de ce programme est estimé à plus de 5 milliards de FCFA. En dehors des ouvrages visités, ces fonds ont permis également la réalisation d’autres infrastructures dans des localités des cinq régions du Togo. ATOP/MEK/TGB

Dans la même catégorie