APS LES JOURNALISTES INVITÉS À SE DOTER D’UNE « CULTURE NUMÉRIQUE » APS INSCRIPTION À L’ÉTAT CIVIL : UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION EN GESTATION À KAOLACK APS COLETTE, LA VEUVE DE LÉOPOLD SÉDAR SENGHOR, SERA INHUMÉE À DAKAR, LE 27 NOVEMBRE GNA Ghana Power-lifting organises Para Power-lifting Open Championship GNA Tanko congratulates Cote D’Ivoire on victory over Ghana GNA Retired Ghanaian footballers honour coach Sarpong AGP Boké-Société : Plus de 7 milliards débloqués pour un plan d’indemnisations et de compensation AGP Matam/législatives : Des équipements d’enrôlement désormais disponibles AGP Guinée-Politique : Le cortège du Premier Ministre attaqué à Labé par des émeutiers ANGOP L’Angola a une Alliance globale pour les droits de l’enfant

Le score de sécurité aérienne du Kenya établi à 78 pc en 2017 (rapport)


  23 Septembre      31        Entreprises (218), Société (13028),

   

Nairobi, 23/09/2018 (MAP)- Les voyages aériens au Kenya ont connu des améliorations au cours des dernières années, selon des données de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), qui établit à 78 pc le score de sécurité aérienne du Kenya en 2017, en amélioration de 16% par rapport à 2008.

Ce score place le Kenya au septième rang en Afrique et à la 67ème position sur 185 au niveau mondial, selon les données de l’OACI, relayées dimanche par les médias locaux.

Le Programme universel d’audit du contrôle d’État de l’OACI évalue la sécurité aérienne d’un pays en fonction de huit facteurs: enquêtes sur les accidents aériens, organisation de l’aviation civile, aérodromes et lois aéronautiques, opérations aériennes, licences et formation du personnel navigable.

La meilleure note du Kenya était la navigabilité des avions, dans laquelle il a obtenu 95%. Les aérodromes et les aides au sol viennent en deuxième position avec 87%, tandis que les licences et la formation personnelles ont représenté 83%.

En dépit de son impressionnant bilan, le Kenya a enregistré 40% de moins de résultats dans les enquêtes sur les accidents aériens, le score le plus bas parmi les huit facteurs évalués. Cela signifie que le pays n’a pas encore mis en place des processus efficaces pour garantir que les enquêtes sur les accidents aériens se déroulent correctement.

Dans la même catégorie