AGP Les délégués s’engagent à réduire considérablement les produits en plastique à usage unique d’ici 2030 AGP Le monde s’engage à protéger la planète polluée et dégradée à mesure qu’il adopte un plan directeur pour un avenir plus durable INFORPRESS Santo Antão: Delegação da Universidade Rutgers (EUA) na ilha com cooperação com municípios na agenda ACAP L’AS Tempête-Mocaf remporte la coupe de la paix devant DFC 8 AIP Le ministre de l’Intérieur invite les populations de Gbéléban à l’union des cœurs et des esprits AIP La prévision saisonnière des caractéristiques agro-hydro- climatiques des pays du Golfe de Guinée (AGRHYMET) AIP Dirkou, une ville étape sur la route de migration paie les frais des mesures anti-migratoire INFORPRESS São Vicente: 35ª edição do Festival da Baía das Gatas marcado para dias 09, 10 e 11 de Agosto ANG Presidente da República felicita PAIGC pela vitória eleitoral ANG Quatro partidos políticos assinam Acordo de Incidência Parlamentar e Estabilidade Governativa

Le Tchad présidera l’Union Africaine en 2016


   

N’Djamena, 07 jan 2016 -(ATPE)- Le Ministre des Affaires Etrangères et de l’Intégration Africaine, Moussa Faki Mahamat, a animé le mardi 05 Janvier 2016, une conférence de presse dans la salle de Réunion de son département.

Au menu de cette rencontre avec les médias, figurent les crises dans certains pays limitrophes du Tchad et leurs répercussions sur notre pays, l’intervention du Tchad dans la résolution de certaines de ces crises, la participation du Tchad au Conseil de Paix et de Sécurité des Nations Unies. Mais la principale nouvelle fournie par le chef de la diplomatie tchadienne est la volonté du Tchad de présider l’Union Africaine (UA) en 2016.
Moussa Faki Mahamat a annoncé que la diplomatie tchadienne a été particulièrement active ces dernières années par une présence plus marquée sur la scène africaine et internationale et au moment où des régions limitrophes et lointaines, à savoir le Darfour au Soudan, la République Centrafricaine, le Nigeria, le Cameroun, la Libye, le Nord du Mali sont confrontées à des crises sans précédent.

« Le Tchad a joué un rôle déterminant dans la résolution ou l’atténuation de ces crises. Mais la présence du Tchad se traduit également par l’augmentation des missions diplomatiques à l’extérieur. Ainsi, le Tchad dispose actuellement de 25 ambassades qui ont juridiction sur une centaine de pays et 8 consulats.

« Le Tchad accueille également sur son sol 23 ambassades étrangères et une douzaine d’organisations internationales et sous-régionales », a-t-il précisé. Le Mali et le Niger comptent ouvrir leurs représentations diplomatiques au Tchad en 2016.

S’agissant des institutions sous-régionales et internationales telles que la CEEAC, le CILSS, la BDEAC et en dernier ressort la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation du Mali (MINUSMA), Moussa Faki Mahamat a indiqué que les cadres tchadiens y occupent une place de choix. Et, plus que jamais, «notre pays s’apprête à prendre la présidence de l’Union Africaine pour l’année 2016».

Abordant le volet de la sécurité, le Ministre a souligné que le pays a siégé comme membre non permanent au Conseil de Sécurité des Nations Unies pour la période 2014-2015. Son mandat, a-t-il expliqué, a été particulièrement remarqué du fait des initiatives prises, comme l’adoption d’une résolution mettant en exergue la corrélation entre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée ou la déclaration présidentielle sur Boko Haram, le renforcement du G5 Sahel, le partenariat ONU-UA, etc.

Sur le plan de la politique étrangère, ce domaine revêt une importante dimension économique. Car, note Moussa Faki, les dernières visites du Chef de l’Etat, précisément en Chine, en Inde, en Arabie Saoudite et en Afrique du Sud, ont été l’occasion de présenter les opportunités et les facilités qu’offre le Tchad à tous ceux qui souhaitent y investir.

«La dynamique ainsi impulsée à la diplomatie tchadienne repose sur deux facteurs importants: la paix et la stabilité à l’intérieur et une bonne appréciation des enjeux sous-régionaux et continentaux. Ces deux aspects ont permis au Tchad d’émerger et de jouer pleinement son rôle de stabilisateur particulièrement apprécié par la communauté internationale ».

Il a émis le souhait de voir le Tchad, cette année, continuer sur cette voie pour renforcer la paix et la stabilité dans la sous-région. C’est une condition nécessaire et indispensable du développement.

Concernant les dépenses engagées pour l’envoi des contingents tchadiens au Cameroun, au Nigeria et au Niger afin de lutter contre la nébuleuse secte Boko Haram, la tension de la trésorerie et les élections présidentielles et législatives en RCA, le Chef de la Diplomatie tchadienne a déclaré qu’il ne « dispose pas de chiffres exacts, mais le Tchad a payé un lourd tribut. C’est un devoir de solidarité vis-à-vis des peuples frères et amis mais aussi et surtout pour amoindrir la menace terroriste sur son territoire et pour protéger son économie qui dépend d’une part de certains pays voisins ».

Il a précisé que les causes de la situation économique du Tchad sont nombreuses et variées, entre autres: la chute du prix du baril de pétrole, l’enclavement du pays et la perte enregistrée dans le secteur de l’élevage dont l’essentiel des ressources est l’exportation des bœufs sur pied vers le Nigeria.

Profitant de cette intervention, le chef de la diplomatie tchadienne a invité les Centrafricains à donner, cette fois-ci, une chance à leur pays, à renouer avec la paix, la sécurité et le développement en laissant le processus électoral se poursuivre.
Ndomadji Ndodegué

Dans la même catégorie