AIP La gendarmerie incinère plus d’une tonne de cocaïne à Abidjan AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Ediémou Jacob réitère son appel à la paix AIP Le préfet de région invite au respect scrupuleux des couleurs nationales AIP Législatives 2021: La CEI recommande une campagne civilisée dans la région de La Mé AIP Législatives 2021 : le candidat du PDCI et d’EDS veut un équilibre des pouvoirs et des lois justes AIP Législatives 2021: Diaby Mawa veut défendre les préoccupations des populations de Bouaflé à l’hémicycle AIP Législatives 2021 : Le candidat RHDP Siaka Ouattara appelle à des élections apaisées dans le Gontougo AIP Législatives 2021: La jeunesse d’Attécoubé invitée à choisir le RHDP qui incarne le développement AIP Législatives 2021 : Un candidat indépendant veut apporter le changement à Madinani MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines

LE VARIANT BRITANNIQUE DU CORONAVIRUS PRÉSENT AU SÉNÉGAL (SOULEYMANE MBOUP)


  28 Janvier      23        Santé (9511),

   

Dakar, 28 jan (APS) – Le biologiste sénégalais Souleymane Mboup a annoncé jeudi que des échantillons analysés par ses équipes de recherche ont confirmé la présence au Sénégal du variant britannique du coronavirus.

« Nous vous informons avoir confirmé la présence d’un variant britannique SARS COV-2 dans les échantillons de la deuxième série », a-t-il dit lors du point quotidien consacré à l’évolution de la pandémie au Sénégal.

Selon le professeur Mboup, les équipes de l’Institut de recherche, de surveillance épidémiologique et de formation (IRESSEF) dont il est le président-fondateur, « ont procédé au séquençage d’échantillons de la deuxième vague du Sénégal par Whole Genome sequencing puis ont réalisé le génotypage avec la méthode des Next Generation Sequencing (NGS) ».

A l’issue de ce travail mené avec des chercheurs gambiens du « MRC Unit The Gambia at LSHTM », il a été confirmé « la présence d’un variant britannique SARS COV-2 dans ces échantillons ».

« Du fait que ces variants se transmettent plus rapidement, ce qui pourrait expliquer la vitesse de propagation de la maladie dans certains pays, il est impératif d’appliquer scrupuleusement les mesures de prévention individuelle et collective », a déclaré Souleymane Mboup.

Le chercheur rappelle que les mutations font partie du mode de fonctionnement normal pour les virus, leur survie dépendant de ces mutations qui leur permettent de s’adapter à leur environnement et aux différents hôtes qu’ils infectent.

Il rappelle que vers la fin de l’année 2020, par exemple, il avait été observé une propagation des variants du coronavirus (SARS-CoV-2) particulièrement contagieux.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le variant britannique est désormais présent dans 70 pays et territoires au 25 janvier, soit 10 de plus qu’au 19 du même mois.

De même le variant sud-africain poursuit aussi sa propagation et est désormais présent dans 31 pays et territoires, soit dans huit pays de plus, indiquent les services de l’OMS.

Le variant sud-africain, comme le britannique, « est beaucoup plus contagieux que ne l’était le virus SARS-CoV-2 originellement », ajoutent les services de l’OMS.

Ils signalent que le variant brésilien a été également signalé dans six nouveaux pays, soit huit au total.

Dans la même catégorie