AIB Vacances mouvementées pour Charles Kaboré et ses compatriotes burkinabè à l’étranger AIB Burkina : Après 40 ans d’existence, l’Ecole nationale d’élevage veut davantage diversifier ses filières AIB Burkina : Onze personnes  »décèdent » pendant leur garde à vue (Procureur) GNA Gospel music sensation Yaw Spoky out with single GNA NRCCD to open Model Inclusive School in September GNA e.TV Ghana /Japan Motors open registration for 2019 Corporate Run APS MANSOUR FAYE DÉBALLE UN « PAQUET D’ENGAGEMENTS » SUR DES OUVRAGES À RÉALISER À THIÈS GNA E. African security experts, policymakers urge concerted efforts in conflict resolution GNA U.S. to raise bar for « made in America » products GNA Sudan, South Sudan to address oil flow constraints

Le vice-gouverneur de la BEAC salut la stabilisation de l’économie centrafricaine


  20 Juillet      44        Finance (3799),

   

Bangui, 19 juil. (ACAP) – Le vice-gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC), Dieudonné Evoumékou, a présidé, jeudi 19 juillet 2018 à Bangui, la réunion trimestrielle du Comité monétaire, en présence du ministre des Finances et du Budget, Henri-MarieDondra, des cadres de l’Economie et des opérateurs économiques.

Le vice-gouverneur, Dieudonné Evoumékou, a constaté que le taux de croissance de l’économie centrafricaine est de 4,2 %, nettement au-dessus de la moyenne mondiale et au-dessus de la moyenne de la sous-région.

« A ce niveau, nous avons pu constater avec satisfaction, il en est de même du secteur bancaire qui se porte bien », a-t-il ajouté.

« Il y a un ralentissement dans le domaine du crédit, à ce niveau il faut faire beaucoup attention à la qualité de contrepartie qu’on a en face », a relevé le vice-gouverneur de la BEAC.

Selon lui, la BEAC est en train de relever les défis concernant, entre autres la croissance, l’industrialisation, les réserves de changes, « et cela va prendre du temps».

A cet effet, il a souligné qu’il faut consolider un certain nombre d’actions qui ont été menées et continuent de l’être.

Dieudonné Evoumékou a conclu que la situation sécuritaire est préoccupante, donc c’est un facteur de ralentissement de la croissance.

Le ministre des Finances et du Budget, Henri-Marie Dondra, a souligné qu’en Centrafrique, «la situation économique à fin avril 2018 a été marquée par un regain d’activités dans les secteurs agricole, sylvicole minier et commercial suite à un retour progressif de la confiance des agents économiques.

« Cependant, l’activité a été atone dans le secteur secondaire durant la période sous revue, notamment au niveau des industries manufacturières et des sociétés de production d’électricité et d’eau », a poursuivi le membre du gouvernement.

Il convient de noter que c’est chaque trimestre que la Banque des Etats de l’Afrique Centrale contrôle le taux de croissance de chaque pays.

François Biongo / ACAP

Dans la même catégorie