NAN NDLEA arrests 178 drug offenders, secures 29 convictions in Sokoto APS Un partenariat public-privé préconisé au bénéfice de la santé en Afrique APS Ségolène Royal :  »L’Afrique doit valoriser son potentiel technologique » AIP Côte d’Ivoire: La mairie d’Adiaké menace de retirer 85 lots à des acquéreurs AIP Côte d’Ivoire/ Environ 2500 du Béré attendus au congrès constitutif du RHDP AIP Côte d’Ivoire/ Vers la mise en place de points focaux pour le développement de la région du Gbêkê AIP Côte d’Ivoire: L’illettrisme à la base de la vente de produits périmés dans le Worodougou et le Béré (DR Commerce Séguéla) AIP Côte d’Ivoire: L’amélioration des conditions de vie de la femme au centre d’une consultation à Oumé NAN Nigeria to access $100m Indian loan to develop nationwide broadband connectivity APS Des activistes prônent des  »réformes institutionnelles indispensables pour renforcer les normes démocratiques »

Le vice-gouverneur de la BEAC salut la stabilisation de l’économie centrafricaine


  20 Juillet      36        Finance (3696),

   

Bangui, 19 juil. (ACAP) – Le vice-gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC), Dieudonné Evoumékou, a présidé, jeudi 19 juillet 2018 à Bangui, la réunion trimestrielle du Comité monétaire, en présence du ministre des Finances et du Budget, Henri-MarieDondra, des cadres de l’Economie et des opérateurs économiques.

Le vice-gouverneur, Dieudonné Evoumékou, a constaté que le taux de croissance de l’économie centrafricaine est de 4,2 %, nettement au-dessus de la moyenne mondiale et au-dessus de la moyenne de la sous-région.

« A ce niveau, nous avons pu constater avec satisfaction, il en est de même du secteur bancaire qui se porte bien », a-t-il ajouté.

« Il y a un ralentissement dans le domaine du crédit, à ce niveau il faut faire beaucoup attention à la qualité de contrepartie qu’on a en face », a relevé le vice-gouverneur de la BEAC.

Selon lui, la BEAC est en train de relever les défis concernant, entre autres la croissance, l’industrialisation, les réserves de changes, « et cela va prendre du temps».

A cet effet, il a souligné qu’il faut consolider un certain nombre d’actions qui ont été menées et continuent de l’être.

Dieudonné Evoumékou a conclu que la situation sécuritaire est préoccupante, donc c’est un facteur de ralentissement de la croissance.

Le ministre des Finances et du Budget, Henri-Marie Dondra, a souligné qu’en Centrafrique, «la situation économique à fin avril 2018 a été marquée par un regain d’activités dans les secteurs agricole, sylvicole minier et commercial suite à un retour progressif de la confiance des agents économiques.

« Cependant, l’activité a été atone dans le secteur secondaire durant la période sous revue, notamment au niveau des industries manufacturières et des sociétés de production d’électricité et d’eau », a poursuivi le membre du gouvernement.

Il convient de noter que c’est chaque trimestre que la Banque des Etats de l’Afrique Centrale contrôle le taux de croissance de chaque pays.

François Biongo / ACAP

Dans la même catégorie