APS FAN ZONE DE LA PROMENADE DES THIESSOIS : SOUS LES RAFALES D’AIR FRAIS, DES SUPPORTERS POUSSENT L’ÉQUIPE À LA VICTOIRE APS SENEGAL/DAGANA: 30.000 PERSONNES ONT DES DIFFICULTÉS D’ACCÈS À L’EAU POTABLE APS KALIDOU KOULIBALY :  »NOUS AVONS MONTRÉ DU BEAU JEU » MAP L’intégration régionale en Afrique reste « faible », selon l’IIRA MAP Plus d’un milliard USD de projets à financer au 7è Africa CEO Forum (organisateurs) LINA ALJA Urges Pres. Trump To Extend DED For Liberians In US ACP Bakambu envoie la RDC à la phase finale de la CAN 2019 ACP La stratégie « Mettre fin à la Tuberculose d’ici 2030 » reste la seule arme de la RDC contre cette maladie LINA New ‘Timing’ Reform Agreed At Freeport To Break Trade Barriers ACP Le Président Félix Tshisekedi encourage les Léopards

L’économie tunisienne devrait croître de 2,9% en 2019 et 3,6% en 2021 (BM)


  12 Janvier      8        Economie (22902), Evénements (2664), Photos (20694),

   

Tunis, 12/01/2019 -(MAP)- Le taux de croissance en Tunisie devrait s’établir à 2,9% en 2019, à la faveur des réformes entreprises et à l’amélioration de l’activité touristique, révèle la Banque mondiale dans son dernier rapport intitulé «Perspectives pour l’économie mondiale».

L’économie tunisienne devrait également croitre de 3,4% en 2020 et 3,6% en 2021, souligne le rapport qui relève que pour l’année 2018, «la récolte agricole abondante et la conjoncture touristique favorable ont contribué à stimuler la croissance en Tunisie qui a atteint, selon des estimations, le taux de 2,6%».

La Banque Mondiale a considéré, aussi, que le niveau élevé de la dette extérieure libellée en devises dans certains pays importateurs de pétrole, à l’instar de la Tunisie, donne à penser que ceux-ci risqueraient de souffrir d’une forte appréciation du dollar américain.

Dans son rapport, la BM estime que «la croissance dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord s’est améliorée en 2018, pour atteindre un taux de 1,7%, grâce à l’accélération de l’activité à la fois dans les pays exportateurs et importateurs de pétrole».

L’institution financière s’attend cette année à une croissance de l’ordre de 1,9% dans la région MENA, favorisée par des facteurs intérieurs, tels les réformes des politiques publiques notamment, et ce «en dépit du ralentissement du commerce international et du durcissement des conditions de financement extérieur».

«Ces prévisions reposent sur le double postulat que les tensions géopolitiques ne s’intensifient pas de façon considérable et que les conflits affectant certaines économies auront des répercussions limitées sur le reste de la région», soutient la même source.

Dans la même catégorie