GNA Fertilizer can be used for other nefarious activities – Police GNA Ghana’s petroleum revenue must be utilized judiciously – PIAC GNA KPMG Appoints New Senior Partner ATOP REMISE OFFICIELLE DES INFRASTRUCTURES MARCHANDES AU MARCHE PREFECTORAL D’ELAVAGNON ANP BEPC 2019 Maradi : 32.523 candidats se sont lancés pour les épreuves ANP Le Président de la République reçoit l’ancien Chef d’Etat béninois Soglo ANP Niger : La loi réprimant la cybercriminalité adoptée au parlement GNA NADMO disburses GH814,000.00 to support June 3rd disaster victims GNA Stratcomm launches 7th Edition of Ghana Garden and Flower Show GNA Tema Kwasea Dwaso traders appeal for more time

L’économie tunisienne devrait croître de 2,9% en 2019 et 3,6% en 2021 (BM)


  12 Janvier      14        Economie (24025), Evénements (2668), Photos (21144),

   

Tunis, 12/01/2019 -(MAP)- Le taux de croissance en Tunisie devrait s’établir à 2,9% en 2019, à la faveur des réformes entreprises et à l’amélioration de l’activité touristique, révèle la Banque mondiale dans son dernier rapport intitulé «Perspectives pour l’économie mondiale».

L’économie tunisienne devrait également croitre de 3,4% en 2020 et 3,6% en 2021, souligne le rapport qui relève que pour l’année 2018, «la récolte agricole abondante et la conjoncture touristique favorable ont contribué à stimuler la croissance en Tunisie qui a atteint, selon des estimations, le taux de 2,6%».

La Banque Mondiale a considéré, aussi, que le niveau élevé de la dette extérieure libellée en devises dans certains pays importateurs de pétrole, à l’instar de la Tunisie, donne à penser que ceux-ci risqueraient de souffrir d’une forte appréciation du dollar américain.

Dans son rapport, la BM estime que «la croissance dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord s’est améliorée en 2018, pour atteindre un taux de 1,7%, grâce à l’accélération de l’activité à la fois dans les pays exportateurs et importateurs de pétrole».

L’institution financière s’attend cette année à une croissance de l’ordre de 1,9% dans la région MENA, favorisée par des facteurs intérieurs, tels les réformes des politiques publiques notamment, et ce «en dépit du ralentissement du commerce international et du durcissement des conditions de financement extérieur».

«Ces prévisions reposent sur le double postulat que les tensions géopolitiques ne s’intensifient pas de façon considérable et que les conflits affectant certaines économies auront des répercussions limitées sur le reste de la région», soutient la même source.

Dans la même catégorie