APS MACKY SALL À KAOLACK POUR LANCER LES TRAVAUX DE DRAGAGE DU PORT APS LE PNUD RÉITÈRE SON ENGAGEMENT POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE MAP Présidentielle en RDC: Report de la visite de la délégation africaine de haut niveau qui devait se rendre lundi à Kinshasa (communiqué) ABP « Un milliard de francs CFA pour soutenir l’écosystème du numérique au Bénin » dixit Mme Aurélie Adam Soulé Zoumarou ABP La santé des populations préoccupe une mission médicale chinoise à Lokossa MAP Attaque dans le Nord du Mali: au moins huit Casques bleus tchadiens tués AIP Côte d’Ivoire: Environ 4 T de drogue et 23 T de divers produits prohibés incinérés à Aboisso ANP 3 Nigériens primés pour leurs projets innovants ANP Appui de la BID de plus 10 milliards FCFA à la filière riz au Niger MAP Attentat de Nairobi: la police arrête la femme et le père du kamikaze

L’économie tunisienne devrait croître de 2,9% en 2019 et 3,6% en 2021 (BM)


  12 Janvier      5        Economie (22004), Evénements (2644), Photos (20309),

   

Tunis, 12/01/2019 -(MAP)- Le taux de croissance en Tunisie devrait s’établir à 2,9% en 2019, à la faveur des réformes entreprises et à l’amélioration de l’activité touristique, révèle la Banque mondiale dans son dernier rapport intitulé «Perspectives pour l’économie mondiale».

L’économie tunisienne devrait également croitre de 3,4% en 2020 et 3,6% en 2021, souligne le rapport qui relève que pour l’année 2018, «la récolte agricole abondante et la conjoncture touristique favorable ont contribué à stimuler la croissance en Tunisie qui a atteint, selon des estimations, le taux de 2,6%».

La Banque Mondiale a considéré, aussi, que le niveau élevé de la dette extérieure libellée en devises dans certains pays importateurs de pétrole, à l’instar de la Tunisie, donne à penser que ceux-ci risqueraient de souffrir d’une forte appréciation du dollar américain.

Dans son rapport, la BM estime que «la croissance dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord s’est améliorée en 2018, pour atteindre un taux de 1,7%, grâce à l’accélération de l’activité à la fois dans les pays exportateurs et importateurs de pétrole».

L’institution financière s’attend cette année à une croissance de l’ordre de 1,9% dans la région MENA, favorisée par des facteurs intérieurs, tels les réformes des politiques publiques notamment, et ce «en dépit du ralentissement du commerce international et du durcissement des conditions de financement extérieur».

«Ces prévisions reposent sur le double postulat que les tensions géopolitiques ne s’intensifient pas de façon considérable et que les conflits affectant certaines économies auront des répercussions limitées sur le reste de la région», soutient la même source.

Dans la même catégorie