APS MOUSSA NDIAYE, GRANDE RÉVÉLATION DE LA COUPE DU MONDE U20 (FRANCE FOOTBALL) APS AMINATA DIOP SALL OFFERTE EN MODÈLE DE RÉUSSITE DANS LES DISCIPLINES SCIENTIFIQUES APS LA SÉCURITÉ SANITAIRE AU MENU D’UNE SESSION DE FORMATION ATOP SOTOUBOUA : LA POPULATION SENSIBILISEE SUR L’ALBINISME MAP Programme « Afrique créative »: Appel à candidatures ouvert jusqu’au 15 août prochain (AFD) ATOP SENSIBILISATION SUR L’USAGE INAPPROPRIE DES ANTIBIOTIQUES A LA FACULTE DES SCIENCES DE SANTE DE L’UK ATOP LA CECAP DRESSE UN BILAN POSITIF DE SES ACTIVITES DE 2018 ATOP JOURNEE MONDIALE DU DON DE SANG 2019 : LE CNTS APPELLE LA POPULATION A DONNER DU SANG POUR SAUVER DES VIES MAP Le Comité des Représentants permanents de l’UA tient à Addis-Abeba sa 38 session ordinaire avec la participation du Maroc AGP COPA America : la Colombie surprend l’Argentine de Messi (2-0)

L’écrivain Serge Bilé souhaite un pont culturel entre la Guyane et la Côte d’Ivoire


  30 Mars      60        Arts & Cultures (2539), Livres (302), Photos (21094),

   

Abidjan, 30 mars (AIP) -L’écrivain Sergé Bilé a plaié jeudi lors du démarrage des festivités de Paquinou du Bélier 2018 à Yamoussoukro, en faveur de l’établissement d’un pont culturel entre des Guyanais et des peuples Agni et Baoulé de Côte d’Ivoire.

Selon l’homme de lettres, des descendants des Agni et Baoulé déportés dans cette contrée insulaire travaillent ensemble depuis des siècles à combattre l’esclavage au XVIIIè siècle et garder leur tradition et leur culture.

« Je souhaite à titre personnel, avec l’aide de toutes les autorités, du Premier ministre et d’autres personnes qui souhaiteraient faire venir, d’ici six mois, le mois d’octobre, une délégation des Boni en Côte d’Ivoire pour qu’ils puissent renouer avec leurs ancêtres les Agni et les Baoulé », a-t-il indiqué ivain.

Serge Bilé s’est félicité d’avoir apporté leur témoignage, estimant les festivités de Paquinou du Bélier 2018 qui réunit, cette année, les peuples Baoulé et Agni à Yamoussoukro, est l’occasion de perpétuer tout ce qui a manqué depuis des siècles.

L’homme de lettres a expliqué que sur le fleuve Maroni, en Guyane, existent des villages où l’on trouve des noms ivoiriens tels que Kouakou, Koffi, Affiba, des gens qui ont gardé les traditions Agni et Baoulé.

« Là-bas, en Guyane, il y a des gens qui sont comme nous qui ont gardé les mêmes traditions que nous et qui font partie à la fois de nos rives, Agni et Baoulé, et qui ont gardé presqu’intactes des traditions », a conclu l’écrivain ivoirien basé en Guyanne.

nam/kp

Dans la même catégorie